•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retrait d’un épisode de La petite vie par Radio-Canada fait réagir

Le diffuseur public remettra l'épisode en ligne jeudi avec un message d'avertissement en début d'émission.

Les deux personnes sont côte à côte.

Popa (Claude Meunier) et Moman (Serge Thériault) dans la série télévisée « La petite vie »

Photo : Avanti Ciné Vidéo/Michel Tremblay

Radio-Canada

Le retrait par Radio-Canada d'un épisode de La petite vie « fortement caricatural » et qui présentait un personnage originaire d’Afrique a suscité de nombreuses réactions, notamment à l'Assemblée nationale. En fin de journée, le diffuseur a annoncé que l'épisode serait remis en ligne sur ICI Tou.tv Extra, jeudi, avec un avertissement qui sera aussi ajouté à tous les épisodes de la série.

L’épisode en question, Le vidéo, diffusé lors de la deuxième saison en 1994-1995, met en scène un personnage d’origine africaine joué par Normand Brathwaite. Le résumé se lit ainsi : Caro présente à Popa et Moman un ami de l'Ouganda, professeur en sociologie, qui est au Québec pour étudier les us et coutumes de la famille québécoise typique.

Nous avons jugé bon de retirer l'épisode de la plateforme ICI Tou.tv – pour le moment – considérant que plus de 25 ans se sont passés depuis l'enregistrement public de cet épisode fortement caricatural dont l'humour, au regard de la prise de conscience et des sensibilités actuelles, pourrait être mal compris et ressenti comme une insulte par une partie de l'auditoire, avait expliqué par courriel plus tôt mardi le porte-parole de Radio-Canada, Marc Pichette.

M. Pichette n'avait pas donné plus de détails sur les extraits qui ont été jugés susceptibles de heurter certaines sensibilités.

Les acteurs de « La petite vie » posent autour d’une table

« La petite vie » est l'une des séries les plus populaires du Québec.

Photo : Radio-Canada

Des réactions

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, considère que cette décision est loin d’être anecdotique et que le geste est grave.

Comment allons-nous à l’avenir déterminer ce que l’on retire de la libre circulation publique au niveau artistique? À chaque fois qu’il y a un commentaire d’un auditeur, qui décide? En fonction de quels critères?

Paul St-Pierre Plamondon, chef péquiste

Notre position est claire au Parti québécois : c’est la liberté d’expression et la libre circulation des œuvres en tout temps d’abord et avant tout, a-t-il déclaré.

Il déplore toutefois que la Coalition avenir Québec ait refusé sa demande de mettre sur pied un comité transpartisan pour étudier la question de la liberté d’expression visant à élaborer une politique-cadre qui s’appliquerait tant aux universités qu’aux diffuseurs publics.

De son côté, la leader libérale, Dominique Anglade, a affirmé être de manière générale en faveur de la liberté d’expression.

Je pense qu’il est hasardeux, je vous dirais, de voir ce qu’on enlève, ce qu’on retire, etc. C’est hasardeux. Par contre, on peut contextualiser. Radio-Canada peut contextualiser, peut expliquer. […] Je pense que c’est une meilleure approche, a-t-elle déclaré.

Mme Anglade a souligné que l’émission est une satire de la société. Elle a concédé qu’il y avait un certain humour. Elle dit ne pas avoir regardé l’épisode en question.

Questionnée sur le sujet en point de presse, la porte-parole de Québec solidaire Manon Massé a d’emblée admis qu’elle n’était pas au courant de la nouvelle. Elle a cependant dit que les mots ont une incidence sur les gens, citant notamment les personnes racisées et les Autochtones.

Je pense que, collectivement, on est rendus à l’heure d’ensemble reconnaître que peut-être il faut arrêter de se faire mal ou de faire mal à nos concitoyens, a-t-elle déclaré, ajoutant : Je ne suis pas certaine que la censure est le meilleur moyen nulle part dans la vie.

Sur les réseaux sociaux, en particulier dans des groupes consacrés à La petite vie, les réactions sont nombreuses. Plusieurs personnes ne comprennent pas le retrait de l’épisode, alors que la série se moque de tout le monde.

Des avertissements

Le diffuseur public a annoncé mardi en fin d'après-midi que l'épisode sera présenté de nouveau dès jeudi avec un message d'avertissement. Tous les épisodes de la série seront dorénavant accompagnés de la mention suivante : Ce programme est proposé tel qu’il a été originellement créé et peut contenir des représentations sociales et culturelles différentes d’aujourd’hui.

Cette solution, déjà prisée par plusieurs médias, a été considérée comme la meilleure dans le contexte actuel, a fait savoir Radio-Canada par voie de communiqué.

Nous portons toujours une attention particulière à ce que nous présentons sur nos chaînes, qu’il s’agisse d’une diffusion originale ou d’une rediffusion. Cette attention particulière se reflète dans nos décisions de programmation, y compris le choix de placer des avertissements/mises en garde au début de nos émissions pour des contenus qui pourraient offenser certains de nos auditoires (violence et autres), a réagi par courriel Marie-Anna Murat, directrice des communications de Bell au Québec, propriétaire de Crave, de Noovo et de plusieurs autres chaînes.

L’an dernier, la plateforme Disney+ avait décidé d’accompagner certains des vieux films de Disney d’un message avertissant le public que ces contenus peuvent véhiculer des représentations culturelles d’une autre époque. Dumbo, Peter Pan, Fantasia et Les Aristochats comptent parmi les œuvres à être précédées d’un avis.

En octobre dernier, un nouvel avertissement a été ajouté sur Disney+ en préambule de certains films classiques pour informer l’auditoire qu’ils contiennent des stéréotypes racistes.

Une femme noire, dans son personnage de servante de maison, regarde une femme blanche, le personnage de Scarlett.

Les comédiennes Hattie McDaniel et Vivien Leigh dans une scène du film « Autant en emporte le vent »

Photo : MGM

Le film Autant en emporte le vent avait été retiré, puis de nouveau offert sur la plateforme de diffusion en continu HBO Max, accompagné de deux vidéos qui rappellent le contexte historique du tournage du film.

Le long métrage, qualifié de révisionniste par des spécialistes en histoire, avait temporairement été retiré de la plateforme en plein mouvement de protestation contre le racisme et les violences policières visant les personnes noires aux États-Unis.

Une série culte

La petite vie, une série culte au Québec créée par Claude Meunier, a été diffusée d’octobre 1993 à novembre 1998 sur les ondes de Radio-Canada. Elle met en vedette Claude Meunier, Serge Thériault, Diane Lavallée, Marc Messier, Marc Labrèche, Josée Deschênes, Guylaine Tremblay, Bernard Fortin et Rémy Girard.

L’épisode du 20 mars 1995 avait été regardé par 4 098 000 personnes, un record pour la télévision au Québec qui n’a été battu que par le Bye bye 2018 avec 4 410 000 téléspectateurs et téléspectatrices.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !