•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec maintient les restrictions en zone rouge

Le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre de la Santé, Christian Dubé et le directeur de la santé publique, Horacio Arruda s'adressent aux médias.

Québec ne lèvera ni n'assouplira aucune de ses restrictions dans les zones rouges d'ici le 23 novembre, a confirmé François Legault.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a annoncé en point de presse que les restrictions imposées en zone rouge pour lutter contre la propagation de la COVID-19 demeureront en vigueur jusqu'au 23 novembre.

Il a expliqué que les indicateurs actuels incitaient à la prudence et qu'il ne pouvait pas assouplir les règles au moment où les cas de contamination et de décès augmentent dans plusieurs régions de la province.

Il y a deux semaines, lorsqu'il a prolongé d'un mois les restrictions et les fermetures des restaurants, des bars, des gyms et des établissements de loisir dans les zones rouges, le premier ministre avait promis que la situation serait réévaluée après deux semaines pour voir si des assouplissements seraient possibles.

Malheureusement, a reconnu François Legault, les indicateurs nous montrent qu’il faut être encore plus prudent.

Malheureusement, on n’a pas réussi à réduire le nombre de nouveaux cas à chaque jour. On voit même depuis quelques jours une augmentation.

François Legault, premier ministre du Québec

Bien qu'il demeure relativement stable autour de 1000 par jour depuis six semaines, le nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 au Québec n'a jamais baissé suffisamment pour pouvoir assouplir sans danger les restrictions, qui demeureront en place au moins jusqu'au 23 novembre prochain.

Depuis plusieurs jours, le nombre de nouveaux cas a même tendance à augmenter pour se stabiliser davantage autour de 1100 ou plus chaque jour.

Actuellement, ont expliqué François Legault et son ministre de la Santé, Christian Dubé, la propagation de la maladie est considérée sous contrôle dans une douzaine de régions, dont Montréal, Québec, la Montérégie, l'Outaouais et l'Estrie.

La situation est cependant jugée toujours difficile dans cinq régions, soit le Saguenay-Lac-Saint-Jean, le nord de Lanaudière, la Mauricie, le Centre-du-Québec ainsi que la Gaspésie.

M. Legault a également appelé les PDG des CISSS et des CIUSSS ainsi que les dirigeants des CHSLD à faire respecter le port obligatoire du masque. Ils seront imputables, a-t-il précisé.

Problèmes de ventilation dans les écoles

Par ailleurs, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé que son gouvernement va se penchersur la mauvaise ventilation dans certaines écoles et dans d’autres établissements, une situation qui contribuerait à la propagation de la COVID-19 par aérosols.

J’ai demandé à l’INSPQ [l'Institut national de santé publique du Québec] de nous revenir autant pour les écoles que pour nos établissements [de santé], parce que c’est d’autant plus important que s’il faut agir, on va agir rapidement, a assuré Christian Dubé en point de presse.

Le défi logistique de la vaccination de masse

Pour ce qui est de la disponibilité au Québec du prochain vaccin contre la COVID-19, annoncé hier par les pharmaceutiques Pfizer et BioNTech, le premier ministre a reconnu qu'il s'agit d'une bonne nouvelle, mais qu'il faudra encore un certain nombre de mois avant qu'on puisse vacciner une bonne partie de la population.

Pour véritablement arrêter une transmission communautaire, ça nous prend des couvertures vaccinales qui habituellement sont autour d'un minimum de 60 % à 80 %.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec

Expliquant que le Québec allait recevoir sa part des 20 millions de doses de ce vaccin réservées par Ottawa, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a tenu à préciser que l'administration du vaccin à des millions de Québécois constitue un défi logistique important sur lequel son ministère travaille activement.

En fin d'après-midi, le bureau de la ministre fédérale des Services publics et de l'Approvisionnement, Anita Anand, a annoncé que le gouvernement canadien a conclu une entente pour une option d'achat de 56 millions de doses supplémentaires du candidat vaccin de Pfizer.

Considérant le fait que chaque personne devra recevoir deux injections pour être immunisée, il sera en effet complexe de convoquer des centaines de milliers de personnes à la fois dans des centres de vaccination sans faire exploser en même temps la contagion de la COVID-19 dans la population.

Qui plus est, a souligné le ministre, le vaccin devant être conservé autour de -70 degrés Celsius, il faudra également prévoir des congélateurs suffisamment puissants et en nombre suffisant pour conserver ces millions de doses.

Le ministre Dubé a par ailleurs précisé qu'une dose de vaccin comprend les deux injections nécessaires pour immuniser une personne. Donc, les 20 millions de doses attendues permettront d'immuniser 20 millions de personnes, et non pas la moitié.

État de la situation

Le Québec a fait état mardi de 1162 nouveaux cas d'infection, ce qui porte le bilan total à 117 151, alors que les hospitalisations affichent une légère diminution.

La santé publique précise par ailleurs dans son bilan que 61 cas manquants pour la région des Laurentides qui auraient dû être ajoutés hier sont inclus dans le total d'aujourd'hui.

Pour ce qui est des décès, 9 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, 27 sont survenus entre le 3 et le 8 novembre, 1 date du 3 novembre et 1 autre dont on ignore la date.

Le bilan total des pertes de vie dues au coronavirus dans la province s'établit maintenant à 6493.

Quant aux hospitalisations, on en compte 6 de moins qu'hier, soit 534. De ce nombre, 82 patients sont traités aux soins intensifs, soit 6 de plus que la veille.

Les efforts de dépistage se poursuivent pendant ce temps dans toute la province, où 18 911 tests ont été effectués le 8 novembre dernier. Cela porte à 3 342 770 le nombre total de prélèvements effectués au Québec depuis le début de la pandémie.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Les jeunes et les femmes plus touchés

Selon les statistiques de la santé publique, les tranches d'âges se situant entre 20 et 59 ans sont actuellement les plus touchées par la maladie au Québec avec 57,7 % des cas.

C'est chez les jeunes adultes de 20 à 29 ans qu'on retrouve actuellement le plus de cas de COVID-19 avec 15,9 % des infections rapportées. Viennent ensuite les adultes de 40 à 49 ans qui cumulent 18,8 % des cas d'infection.

Plus de 91 % des décès attribuables au coronavirus sont survenus chez les personnes de 70 ans et plus.

Il ressort aussi de ces statistiques que 55 % des personnes infectées au Québec sont des femmes. Ce sont également elles qui meurent le plus de la maladie avec 54,4 % des décès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !