•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion dans une deuxième résidence pour personnes âgées à Matane

La Résidence des Sages à Matane

La Résidence des Sages à Matane doit composer avec une éclosion de COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après l’éclosion survenue mardi dernier à la Résidence des Bâtisseurs à Matane, c’est au tour de la Résidence des Sages d’être touchée par la propagation du coronavirus.

Selon les données les plus récentes du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, cinq résidents et un travailleur sont touchés par cette seconde éclosion à survenir en moins d'une semaine à Matane.

D’autres tests de dépistage sont en cours. Dix-sept personnes habitent cette résidence pour aînés.

D'après le directeur du programme de soutien à l'autonomie des aînés du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Frédéric Gagnon, il s’agit principalement de personnes aux prises avec des problèmes cognitifs importants.

Il y a une très grande proximité entre les résidents, d’où l’importance de toutes les mesures de soutien et de prévention des infections accordées à la ressource, précise M. Gagnon.

Le directeur de santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, estime que rien ne permet pour le moment de lier l’éclosion aux Bâtisseurs et celle survenue à la Résidence des Sages.

Ce qui signifie que le virus circule dans la Matanie depuis un certain temps et que la transmission est communautaire, observe le responsable de la santé publique.

Des résidences sous surveillance

La crainte de la santé publique est que le virus entre dans d’autres résidences privées pour aînés (RPA) de la Matanie.

Toutes les RPA de la MRC sont donc invitées à rehausser leurs mesures sanitaires et à limiter au maximum les entrées et les sorties en ne conservant que les déplacements jugés essentiels.

Le CISSS visitera les résidences pour s’assurer du respect des mesures de prévention des infections, mais aussi pour être à l’affût d’une éventuelle contamination.

Dépistage préventif au CHSLD de Matane

Parmi les résidents contaminés à la Résidence des Sages, une personne a développé la maladie et a été hospitalisée. Une autre a été transférée au CHSLD de Matane.

L'entrée du CHSLD de Matane.

Un employé du CHSLD de Matane a aussi obtenu un résultat positif à la COVID-19 la semaine dernière (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le Dr Leduc précise que ce transfert a eu lieu avant l’éclosion à la résidence et que la personne a été isolée, selon la procédure mise en place durant la pandémie.

Ce n’est que par la suite qu’elle a été déclarée positive à la COVID-19.

Même si un travailleur y a aussi reçu un test positif la semaine dernière, le CISSS du Bas-Saint-Laurent soutient qu’il n’y a pas d’éclosion au CHSLD. Du dépistage est toutefois en cours auprès de 38 employés et d’une quarantaine de résidents.

Il s’agit d’une mesure préventive, précise le Dr Leduc.

Une situation contrôlée

Le responsable des soins aux aînés, Frédéric Gagnon, juge que le CISSS contrôle la situation à Matane.

Différentes mesures ont été mises rapidement en place, dit-il, afin de limiter la propagation du coronavirus. Des équipes du CISSS et un coordonnateur ont été déployés dans chacun des sites en éclosion.

Comme cela se fait un peu partout au Québec lors d’éclosion dans des établissements, des experts en contrôle et prévention des infections sont aussi sur place.

La Résidence des Sages de Matane.

Le dépistage se poursuivait lundi à la la Résidence des Sages de Matane.

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Frédéric Gagnon ajoute que le CISSS discute quotidiennement avec les directions des établissements.

Ces mesures s’ajoutent au dépistage : tous les résidents et les travailleurs des sites touchés par une éclosion subiront un test au jour 5 et au jour 12 de l’éclosion.

Cette procédure permet de détecter les personnes infectées mais qui, faute d’anticorps en nombre suffisant, avaient été déclarés négatives lors d'un test précédent.

Une clinique mobile en attente

La clinique de dépistage mobile ouverte la fin de la semaine dernière à Matane doit fermer ses portes comme prévu lundi. Elle demeurera toutefois prête pour une possible réouverture.

La santé publique évaluera sous peu s’il est pertinent de la rouvrir dans le cadre, notamment, de l’éclosion à la Résidence des Sages.

L'entrée de la clinique mobile de dépistage à Matane.

La clinique de dépistage mobile de Matane sera fermée, mais demeurera prête à être rouverte si besoin est (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Plus de 500 personnes ont eu recours à ce service de dépistage, selon le CISSS. Les résultats sont rassurants, indique le Dr Leduc, puisque aucun nouveau cas n’y a été détecté.

À la lumière de ces résultats, le maire de Matane, Jérôme Landry, se dit d’ailleurs moins inquiet.

Voir une nouvelle résidence devenir un foyer d’éclosion, c’est très regrettable, mais, au moins, on est beaucoup plus confiant qu’on l’était vendredi, estime M. Landry.

La propriétaire de la Résidence des Sages a décliné nos demandes d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !