•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal déneigera différemment à cause de la COVID-19

Un déneigeur souffle de la neige dans un camion de chargement, à ses côtés.

Le déneigement sera différent cette année pour cause de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Remi Authier

Mathias Marchal

Les automobilistes montréalais pourront se stationner dès que la neige aura été ramassée sans risquer d'avoir une contravention, indique la Ville de Montréal, qui a dû revoir certaines manières de faire afin de s’adapter à un hiver rythmé par la COVID-19.

L’hiver sera différent et notre gestion de l’hiver le sera aussi, a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui précise que la réflexion sur le déneigement a été entamée dès le mois de juin, la Ville craignant que la généralisation du télétravail ne complique les opérations.

Souvent, l’hiver, lorsqu’on a un chargement un 2 janvier, comme l’année dernière, les gens sont à la maison et les opérations sont compliquées. Cet hiver, on s’attend à ce que ce soit le 2 janvier tout l’hiver parce que les gens seront en télétravail, a indiqué Jean-François Parenteau, l’élu responsable des services aux citoyens au sein du comité exécutif.

En plus de pouvoir s'informer grâce à l’application InfoNeige, les Montréalais bénéficieront d'au moins 2000 places de stationnement incitatif supplémentaires, pour un total de 7600 places.

Des assouplissements sont aussi prévus pour que les automobilistes puissent reprendre des espaces de stationnement immédiatement après le passage des équipements.

Une citation de :Valérie Plante, mairesse de Montréal

Attention aux interprétations, prévient toutefois M. Parenteau, s’il reste un petit ourlet de neige, on n’y va pas. Si cette mesure fonctionne, elle pourrait être pérennisée.

Pour éviter les éclosions et la propagation du virus au sein des équipes de déneigement, les horaires et les points de rassemblement seront revus et les entrepreneurs privés devront préparer des plans de prévention et de contingence.

Des camions déneigent une rue de Montréal.

Déneiger Montréal en hiver de pandémie

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des équipes-bulles

On veut éviter tous les croisements d’employés au démarrage des opérations, à la fin et lors des temps de pause, a déclaré M. Parenteau. La Ville travaille à l’établissement de lieux satellites et des équipes-bulles seront aussi formées, comme dans le milieu scolaire, afin d’éviter toute propagation.

En cas d’éclosion au sein d’une équipe, l’équipe d’un autre arrondissement pourra venir prêter main-forte si le déneigement est assez avancé dans son secteur. Ces nouvelles façons de faire pourraient allonger la durée de la première opération de ramassage de la neige, mais cela se comptera en heures et non pas jours, a déclaré Jean-François Parenteau à l'émission Le 15-18.

Afin d’assurer la sécurité des piétons, les nouveaux contrats récemment octroyés dans six arrondissements comprennent désormais une clause obligeant les camions à se munir d’une barre latérale qui évite qu’un piéton ou un cycliste ne soit écrasé en glissant sous le camion. C’est déjà le cas depuis plusieurs années pour les camions municipaux.

Mme Plante a aussi rappelé que la majorité des arrondissements travaillent avec des organismes locaux pour déneiger les entrées personnelles chez les personnes âgées ou à mobilité réduite. De nouveaux sentiers pourraient en outre être déblayés dans les parcs afin de permettre aux Montréalais de s'oxygéner.

L’année dernière, il y a eu six chargements de neige et un chargement partiel décrété dans certains arrondissements, qui garderont la possibilité de décréter eux-mêmes deux chargements locaux par hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !