•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les surplus gonflent à Lévis, mais pas encore de promesse de gel de taxes

Gros plan sur la main d'une femme qui appuie sur une touche d'une calculatrice en faisant son budget.

Les citoyens de Lévis doivent patienter avant de mettre à jour leur budget.

Photo : Getty Images / Chainarong Prasertthai

Lévis confirme un excédent de 11,9 M$ pour l’année 2020. Si ce surplus est plus important que ce qui avait été anticipé, le maire ne veut pas encore se mouiller à promettre un gel de taxes lors du prochain budget.

Le maire Gilles Lehouiller répète depuis septembre qu’il souhaite récompenser ses citoyens qui ont grandement souffert de la pandémie en leur offrant 0 % d'augmentation de taxes.

À ce moment, avec un surplus anticipé de 7,4 M$, la Ville se disait en bonne posture pour offrir ce cadeau.

En octobre, on soutenait qu'on s’enligner vers un gel de taxes qui va toucher les résidences, les industries et les commerces.

Pourtant, même si l'excédent atteint maintenant 24,4 M$, si on y en ajoute l’aide financière gouvernementale visant à atténuer les impacts de la pandémie sur les finances municipales, Gilles Lehouillier ne veut pas encore s’engager.

On ne sait jamais. Mais, il y une chose qui est sûre : ces résultats encourageants nous dirigent directement vers cette cible. Je vais me garder une petite gêne, car on doit adopter ça au niveau de l'ensemble des membres du conseil municipal. Mais, oui on a des intentions réelles, rassure le maire.

Gilles Lehouillier, maire de la Ville de Lévis

Gilles Lehouillier, maire de la Ville de Lévis

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Renflouer les coffres

La Ville de Lévis attribue son surplus à sa gestion rigoureuse et responsable. Ce montant permettra, entre autres, de renflouer certaines réserves financières, notamment celle destinée au développement du territoire.

Ça nous permettra de faire des acquisitions stratégiques pour le développement de projets industriels, commerciaux et d’économie sociale, explique Gilles Lehouillier.

Le développement résidentiel est en effet un vecteur de croissance économique important pour Lévis. Seulement en droits de mutation, la Ville a été en mesure d’engranger 4 M$ supplémentaires à ce qu'elle avait planifié.

Un chantier résidentiel de Lévis.

Le montant des permis de construction a atteint un sommet historique en date du 31 octobre.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le montant des permis de construction a aussi atteint un sommet historique de 478 M$ en date du 31 octobre. Le précédent record était de 443 M$ en 2019.

On est rendu à 1646 nouvelles unités d’habitation. C’est 34 % plus élevé que l’an dernier. On est en train de battre un record absolu, se réjouit Gilles Lehouillier.

La Ville de Lévis estime franchir le cap des 2000 nouvelles unités résidentielles d’ici la fin de l’année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !