•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID continue sa flambée dans un CHSLD de Joliette

Le bâtiment qui abrite le CHSLD.

La propagation au CHSLD Saint-Eusèbe se serait faite dans les salles communes des employés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pas moins de 80 résidents et 55 employés du CHSLD Saint-Eusèbe, à Joliette, ont été déclarés positifs à la COVID-19, et de nouveaux cas viendront s’ajouter d'ici la fin de la journée, préviennent les autorités de santé publique de la région de Lanaudière.

Hier, c’étaient 70 résidents et 45 employés qui étaient touchés. C’est une épreuve très difficile, notamment pour nos résidents qui ont dû être déplacés et confinés, mais ces derniers reçoivent encore tous les services de mobilisation, de repas, de médicamentation et d’hydratation, a souligné Daniel Castonguay, PDG du CISSS de Lanaudière lors d’une téléconférence tenue lundi après-midi.

Il a précisé que sept décès avaient été comptabilisés depuis les premiers cas de contamination, enregistrés le 28 octobre chez des employés. M. Castonguay a également averti que d’autres cas viendraient s’ajouter aujourd’hui.

La propagation du virus se serait faite par les salles de repas et de repos des employés, avant de toucher rapidement quasiment toutes les unités.

Avec ce qu'on a appris en première vague, ce n'est pas normal qu'on ait la moitié du CHSLD qui est positif à la COVID en deuxième vague, avait déclaré dimanche Stéphane Cormier, président du syndicat interprofessionnel de la santé de Lanaudière, questionnant du même coup la vétusté du bâtiment.

On a vérifié la capacité d’air, ce serait conforme dans l’établissement. Par contre, on regarde avec une firme technique pour la qualité de l’air, pour voir s’il y a quelque chose.

Daniel Castonguay, PDG du CISSS de Lanaudière

M. Castonguay a mentionné la très belle collaboration des membres du personnel qui nous ont soutenus et aidés à travers cette grosse éclosion.

Actuellement, Lanaudière est la deuxième région où le taux de contamination en proportion de la population est le plus élevé (plus de 25 cas pour 100 000 habitants).

Le nombre de cas est en progression constante (environ 150 cas par jour) et le taux de positivité des tests réalisés tourne autour de 8 % alors qu’il était inférieur à 1 durant l’été, a indiqué le Dr Richard Lessard, directeur de la santé publique pour la région.

Il dit craindre que la tendance soit encore à la hausse dans les prochains jours.

Hospitalisations stables

La semaine dernière, 29 % des cas de contamination étaient reliés à des éclosions, cette semaine ce pourcentage est plutôt de 17 %. Ça nous dit que la situation actuelle n’est pas uniquement reliée à de grosses éclosions, mais à des cas un peu partout dans Lanaudière, a-t-il ajouté.

Actuellement, les employés d'une douzaine d’établissements pour aînés sont touchés, ce qui force le délestage d’une centaine d’infirmières et de plus de 50 préposés aux bénéficiaires du CISSS pour venir prêter main forte.

Une employée contaminée du CHSLD Saint-Eusèbe est revenue au travail après 7 jours, soit 3 jours plus tôt que prévu, ont admis les autorités de santé publique de Lanaudière, qui précisent qu'elle a été affectée à la zone rouge.

Malgré tout, la situation reste stable dans le principal hôpital chargé des cas de COVID de la région. Malgré une légère augmentation aux soins intensifs, ça se maintient, a déclaré Philippe Ethier, directeur général adjoint de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur. On y dénombre 24 personnes atteintes de la COVID, dont 10 aux soins intensifs.

Des audits de tous les CHSLD du territoire sont en cours pour s’assurer que toutes les consignes sanitaires sont respectées. La région enregistre en outre 29 cas de contamination dans des écoles, mais pas de grosse éclosion qui justifierait la fermeture d'un établissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !