•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Metro Vancouver veut protéger ses espaces naturels

Deux personnes sont au bord d'une rivière peu profonde, entouré de rochers et bordés de grands conifères.

Selon Metro Vancouver, plus de 14 millions de visiteurs ont fréquenté les parcs de la région en 2020.

Photo : Metro Vancouver

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que la pandémie a mis en valeur l’importance et l’intérêt des Britanno-Colombiens pour les parcs et les espaces naturels, Metro Vancouver vient d’acheter 56 hectares de terres à Pitt Meadows qui s’ajoutent à la réserve des espaces protégés.

Le maire de Pitt Meadows et des représentants d'autres municipalités du Grand Vancouver ont fait l'annonce de l’achat de ces nouvelles terres protégées dans la réserve écologique de terres humides Codd.

« Ce sont 56 hectares qui étaient zonés résidentiels et qui sont maintenant protégés. »

— Une citation de  Bill Dingwall, maire de Pitt Meadows

Depuis 2018, Metro Vancouver affirme avoir ajouté 200 hectares de terres pour de nouveaux parcs ou des parcs existants et avoir doublé son budget d’acquisition.

Cela nous permet de protéger des espaces verts et de lutter à la fois contre les changements climatiques, déclare le président du conseil de Metro Vancouver, Sav Dhaliwal. Car ces terres vont capturer et stocker énormément de carbone.

Engouement pour la nature

Le nombre de visiteurs dans les parcs de la région est en hausse depuis quelques années, mais tout particulièrement en 2020, selon le regroupement de 21 municipalités de la région de Vancouver. Avec la pandémie, ce sont plus de 14 millions de visiteurs qui ont foulé les espaces naturels de la région en 2020, une hausse de 37 pour cent par rapport à 2019.

Pour gérer l'accès aux parcs, Metro Vancouver affirme qu’elle pourrait avoir recours à un système de réservations, mais que ce n’est qu’une des options qui s’offrent à elle.

Le budget du regroupement pour 2020-2021, qui vient d’être approuvé, prévoit 4 millions de dollars pour l'achat et la préservation d'espaces naturels.

Accès limité

Le public n’aura pas accès de sitôt à ce nouveau joyau de la nature. Tout comme la réserve écologique de terres humides Codd, les terres achetées ne seront pas accessibles au public.

Mais Metro Vancouver espère changer cela d’ici quelques années. Le gouvernement régional veut d’abord identifier les endroits et espèces les plus à risque pour les protéger, puis développer un plan pour permettre au public de visiter la réserve sans la détruire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !