•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des diplômés frustrés par le Centre de service national de prêts aux étudiants

Un groupe d'étudiants lors de leur cérémonie de remise des diplômes.

Plusieurs diplômés récents ont de la difficulté à obtenir de l'aide concernant le remboursement de leur prêt étudiant.

Photo : The Associated Press / Mark Felix

Radio-Canada

Retraits bancaires non autorisés. Relevés indiquant des paiements manqués. Aucune réponse concernant l’aide au remboursement. Et de longs temps d’attente — si quelqu’un répond — sur la ligne téléphonique du Centre de service national de prêts aux étudiants (CSNPE).

Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses frustrations exprimées sur les réseaux sociaux par d’anciens étudiants mécontents.

Ils affirment que le gouvernement fédéral manque de transparence et ne prend pas ses responsabilités par rapport aux erreurs et aux retards concernant le remboursement des prêts étudiants.

D’autres diplômés sont tout simplement mécontents que le gouvernement les force à recommencer à rembourser leurs prêts alors que le taux d’emploi des jeunes est parmi les plus lents à augmenter en cette période de reprise de l’économie canadienne.

Je ne sais même pas quand j’aurai à nouveau un revenu. Et à l’heure actuelle, l’argent que le [Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario] veut retirer de mon compte pour le paiement du 31 octobre va complètement me ruiner, a déclaré Rachel Trout, diplômée de l’Université de Windsor en 2017.

Je ne sais pas comment je vais payer mon loyer ce mois-ci.

Rachel Trout, diplômée de l’Université de Windsor en 2017

Mme Trout a été mise à pied au printemps en raison des restrictions imposées pour lutter contre la COVID-19. Elle n’a pas travaillé de façon régulière depuis la réouverture de son lieu de travail, dit-elle.

En mars, le gouvernement fédéral et de nombreux gouvernements provinciaux ont gelé le remboursement de près d’un million de prêts étudiants pendant six mois, dans le cadre de leurs efforts sans précédent pour aider les Canadiens à faire face à la pandémie.

Mais lorsque ces six mois ont pris fin le 30 septembre, des problèmes avec le Centre de service national de prêts aux étudiants sont devenus apparents.

Paiements en trop ou manquants

Rachel Trout raconte que son compte du CSNPE indique qu’elle a manqué un paiement le 30 septembre, alors que les remboursements n’étaient pas censés reprendre avant octobre. Et son paiement automatique préautorisé du 31 octobre n’avait toujours pas été retiré de son compte bancaire le 6 novembre.

Miranda Niittynen, qui travaille actuellement comme chargée de cours contractuelle à l’Université Lakehead de Thunder Bay, a rencontré le problème inverse.

Elle a pu se préparer pour la fin du gel des remboursements et a remboursé plus que le montant mensuel requis au début du mois d’octobre. Mais la semaine dernière, elle a constaté que le CSNPE avait automatiquement retiré 250 $ de son compte bancaire, le mettant à découvert.

Mme Niittynen, diplômée en 2018, s’inquiète, car elle n’a jamais donné son accord pour des retraits automatiques.

Sur mon profil, il est indiqué que c’est préautorisé maintenant, mais je n’ai jamais accepté. Je ne sais donc pas exactement ce qui se passe de leur côté, dit-elle.

Mme Niittynen a contacté sa banque pour empêcher le CSNPE de retirer de l’argent de son compte, car elle n’a pas réussi à joindre un représentant pour régler le problème.

Tous ces problèmes sont inacceptables, selon Nicole Brayiannis, vice-présidente de la Fédération canadienne des étudiants.

Nous sommes encore en train de déterminer le nombre exact d’élèves qui ont été touchés par cette situation, mais en réalité, même un seul élève qui a été touché est un de trop.

Nicole Brayiannis, vice-présidente de la Fédération canadienne des étudiants

Les étudiants ont vraiment été affectés par la COVID-19. Ils en ressentent vraiment les effets financiers, et ils n’ont reçu que peu ou pas d’aide financière de la part du gouvernement, soutient Mme Brayiannis. Il est donc temps que le gouvernement donne la priorité aux besoins des étudiants, ce qui n’a pas été le cas.

Une pétition pour prolonger le gel des remboursements

Patty Facy, récemment diplômée de l’université de Toronto, pense avoir une solution pour au moins aider les étudiants qui seront diplômés en 2020 : prolonger de six mois la période avant le remboursement obligatoire du prêt étudiant fédéral.

Avec le soutien du député néo-démocrate manitobain Daniel Blaikie, Mme Facy a lancé le 3 novembre dernier une pétition adressée au gouvernement fédéral.

Un homme roux en chemise bleue.

Daniel Blaikie, député fédéral de Elmwood—Transcona, parraine la pétition lancée par Patty Facy.

Photo : Daniel Blaikie

Elle affirme que les récents diplômés n’ont pas vraiment pu profiter du gel de remboursement de six mois qui a été instauré au printemps, car ils avaient déjà droit à la période de six mois sans intérêt que tous les diplômés reçoivent à la fin de leurs études en temps normal.

Je pense que cette période de remboursement de six mois, on pourrait supposer qu’elle donnerait aux étudiants le temps de chercher du travail et de commencer à entrer lentement sur le marché du travail , a déclaré Mme Facy.

Mais nous n’avons pas vraiment eu ce même avantage. Pendant l’été, beaucoup d’étudiants ont probablement compté sur [la Prestation canadienne d’urgence] et sur [la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants].

Un important volume d’appels

L’une des critiques les plus courantes concernant le Centre de service national de prêts aux étudiants est le manque de disponibilité.

De nombreux étudiants ont partagé sur les réseaux sociaux des images et des histoires sur leur longue attente pour parler à un représentant.

Une déclaration envoyée par courriel par Emploi et Développement social Canada indique que le CSNPE a connu un volume d’appels très élevé depuis la fin du gel des remboursements, et qu’il a augmenté le nombre de lignes disponibles pour s'assurer de répondre à tous ceux qui appellent.

Le ministère explore activement d’autres solutions pour améliorer l’accès aux représentants du service.

Le centre de prêts a également indiqué sur son site web et sur les médias sociaux qu’il fallait s’attendre à des retards dans les demandes de plans d’aide au remboursement.

Le ministère affirme que tout retard dans le traitement des demandes de paiement n’aura pas de conséquences négatives pour le dossier des diplômés.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !