•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CHSLD Herron sera fermé

Katasa, propriétaire de l’établissement, met fin aux activités de son CHSLD privé à Dorval. Les dizaines de résidents seront réinstallés dans d’autres milieux d’hébergement, a appris Radio-Canada.

Le CHSLD Herron à Dorval.

Plusieurs résidents sont morts depuis le 13 mars au CHSLD Herron.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le groupe Katasa et le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal ont informé lundi les employés et les familles des résidents du CHSLD Herron que l’établissement privé sera fermé dans quelques mois.

Le propriétaire a décidé de fermer l’établissement, a confirmé un porte-parole du CIUSSS à Radio-Canada. Le CIUSSS va accompagner au cours de la prochaine année les résidents et leur famille pour les relocaliser dans un milieu d’hébergement de leur choix.

Les porte-parole du groupe Katasa n’étaient pas joignables au moment d’écrire ces lignes.

La présidente et directrice générale du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, Lynne McVey, a confirmé en point de presse qu'une période de transition de 6 à 12 mois s'amorçait maintenant pour relocaliser tous les résidents. Le CIUSSS louera l'établissement pendant un an pour compléter ces transferts.

On va prendre le temps de bien faire les choses avec les familles et avec les résidents, a assuré Mme McVey, qui a souligné qu'il n'y avait aucun cas de COVID-19 au CHSLD Herron depuis plusieurs mois.

Rappelons que le CHSLD privé, qui compte des dizaines de résidents, a été plongé dans la tourmente au mois d’avril lorsqu’on a appris que des dizaines de résidents étaient décédés en quelques semaines seulement.

Le premier ministre Legault avait exprimé son indignation en raison notamment du manque de collaboration des gestionnaires de l’établissement privé au moment où le manque personnel se faisait criant. Une ordonnance avait exhorté le CIUSSS de prendre en charge la gestion du CHSLD, ce que l’établissement fait depuis le mois d’avril.

Plus récemment, un rapport d’enquête du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec sur le CHSLD Herron a mis en lumière que l’organisation des soins et des services du CHSLD Herron était vacillante lorsqu’est survenue l’éclosion de la COVID-19 et que la capacité des propriétaires à reprendre en charge les services de cet établissement apparaît, à court et moyen terme, plus qu’incertaine.

L’enquêteur recommandait de trouver des solutions définitives et permanentes dans la gouverne du CHSLD.

La seule décision à prendre, selon le ministre Dubé

De passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a indiqué que la décision la plus difficile, ce n’était pas tellement de fermer [le CHSLD Herron], qui était la seule décision à prendre, mais c’était de s’assurer que nous allions avoir une transition correcte pour ceux qui habitent encore là .

Le ministre Dubé a rappelé que le gouvernement aurait pu convenir d’intégrer l’établissement privé dans le réseau public, comme il s’apprête à le faire avec d’autres CHSLD. Mais dans le cas de Herron, ce n’était pas notre choix, a-t-il précisé. Le choix que l’on fait de ne pas acheter les propriétaires s’est fait pour un ensemble de raisons .

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire, la seule façon de protéger les milliers d'aînés qui vivent actuellement dans les CHSLD privés, c'est de les ramener immédiatement dans le giron public .

Le CHSLD Herron dans l’œil des autorités

Le CHSLD fait présentement l’objet d’une enquête du coroner, d’une enquête policière, d’une demande d’action collective et d'une inspection professionnelle conjointe par le Collège des médecins, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) et l’Ordre des infirmiers et infirmières auxiliaires du Québec (OIIAQ).

Deux sources médicales confidentielles qui travaillent au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal saluent la décision. Une d’elles souligne que de toute façon, il n’y a plus de médecins volontaires pour aller travailler là, la réputation est trop pourrie.

Le CHSLD Herron est la propriété du Groupe Katasa depuis novembre 2015. Lors des événements en avril, ce CHSLD privé non conventionné détenait un permis pour 154 lits, dont 141 étaient dressés.

Des documents judiciaires consultés par une équipe de l’émission Enquête ont déjà fait état que l’homme d’affaires Samir Chowieri, président du CHSLD Herron, avait un passé criminel.

Au cabinet de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, une porte-parole nous indique par courriel que pour le gouvernement, il est impératif de mieux encadrer les ressources privées. Nous évaluons la possibilité de conventionner les CHSLD privés. Le projet est en accéléré, nous analysons actuellement les contrats arrivant à échéance.

Avec la collaboration de Davide Gentile

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !