•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation du soldat suspecté de trois meurtres dans une base militaire russe

Un militaire russe.

Un militaire russe monte la garde après le triple meurtre dans une base militaire de la région de Voronej.

Photo : Reuters / VLADIMIR LAVROV

Agence France-Presse

Un soldat russe suspecté d'avoir tué lundi, à l'aube, dans une base de l'armée trois militaires à coups de hache et avec une arme à feu a été arrêté dans l'après-midi, a annoncé l'armée.

Le suspect a été arrêté par les forces de l'ordre. Actuellement, des mesures d'investigation impliquant la personne arrêtée sont en cours, a indiqué le district militaire de l'ouest de la Russie aux agences de presse russes.

Selon une source citée par l'agence publique TASS, ce soldat a été arrêté à bord d'une voiture sur la route menant vers la région d'Orenbourg, où réside sa famille.

Contacté par l'AFP, le ministère russe de la Défense s'est refusé à tout commentaire.

Quelques heures plus tôt, l'armée russe avait rapporté la mort de trois militaires dans une base de la région de Voronej, dans l'ouest de la Russie.

Le suspect Anton Makarov, un conscrit de 20 ans membre de l'une des unités de la base, a tué un officier à la hache afin de s'emparer de son arme de service et d'ouvrir le feu sur d'autres soldats.

Les autorités avaient déployé des hélicoptères, des drones, la police antiémeute et plus de 100 membres de la Garde nationale pour l'arrêter.

Le service militaire est obligatoire en Russie et d'une durée d'un an pour les hommes âgés de 18 à 27 ans, bien qu'une partie significative de la population y échappe par divers moyens.

Le bizutage a été l'un des plus graves problèmes dans l'armée russe dans les années 1990, même si la situation s'est nettement améliorée ces dernières années. Selon les ONG de défense des droits de la personne, les rites de bizutage y restent toutefois fréquents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !