•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moscou et Pékin tardent à féliciter Joe Biden

Contrairement à la plupart des pays du monde, la Chine et la Russie, comme le Mexique et le Brésil, n'ont pas félicité M. Biden.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Vladimir Poutine.

Le reportage de notre correspondante Tamara Alteresco.

Photo : Getty Images / MIKHAIL KLIMENTYEV

Agence France-Presse

Le Kremlin a indiqué lundi que Vladimir Poutine attendait l'annonce du résultat officiel de la présidentielle aux États-Unis pour en féliciter le vainqueur, la victoire de Joe Biden étant contestée par Donald Trump.

Nous estimons qu'il est correct d'attendre les résultats officiels des élections qui ont eu lieu. Je veux rappeler que le président Poutine a plusieurs fois dit qu'il respectera le choix du peuple américain, quel qu'il soit, a indiqué aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

M. Poutine avait félicité Donald Trump pour son élection en 2016 un peu plus d'une heure après que les projections des médias américains lui avaient accordé la victoire. M. Peskov a relevé qu'à l'époque, il n'y avait pas de contestation juridique du résultat.

Contrairement à la plupart des pays du monde, la Chine et la Russie, comme le Mexique et le Brésil, n'ont pas félicité M. Biden.

Donald Trump a refusé de reconnaître la victoire de son rival, annoncée samedi, dénonçant, sans apporter de preuves, des fraudes en faveur du démocrate, et promettant des actions en justice pour avoir gain de cause.

La cheffe de la commission électorale russe, Ella Pamfilova, lui a fait écho lundi, estimant que le vote par correspondance aux États-Unis a laissé des espaces immenses à de possibles fraudes électorales.

Selon elle, le système de vote par courrier aux États-Unis permettrait notamment les votes multiples, les pertes des bulletins ''indésirables'', l'essor du vote des morts.

Le vote par correspondance, dénoncé par Donald Trump comme un vecteur de fraudes, a connu un essor important cette année du fait de la pandémie de coronavirus.

Les relations russo-américaines n'ont cessé de se détériorer depuis que Moscou est accusé d'ingérence dans la présidentielle de 2016 pour favoriser l'élection de Donald Trump.

Le milliardaire américain a toujours nié avoir bénéficié des efforts russes, tout comme M. Poutine, malgré les conclusions des enquêteurs américains qui ont conduit à des sanctions contre la Russie.

L'élection de Joe Biden risque d'accroître encore les tensions, l'ancien vice-président de Barack Obama ayant promis toujours plus de fermeté à l'égard de Moscou, quand Donald Trump ne cachait pas son admiration pour le président russe.

Selon M. Peskov, M. Poutine est prêt au travail avec n'importe quel président des États-Unis, et la Russie espère qu'avec le prochain il sera possible d'avoir un dialogue et de s'entendre sur les voies pour normaliser les relations bilatérales.

Pékin s'abstient de féliciter Biden

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

Photo : Getty Images / GREG BAKER

La Chine s'est abstenue de féliciter Joe Biden expliquant lundi que le résultat final du scrutin n'était pas encore connu.

Nous avons pris note que M. Biden a déclaré être le vainqueur de l'élection, a dit devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

À notre connaissance, le résultat de l'élection sera déterminé par les lois et les procédures en vigueur aux États-Unis.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

Si les messages de félicitation ont afflué dès samedi, outre la Chine, d'autres pays comme la Russie, le Mexique ou le Brésil se sont jusqu'à présent abstenus d'adresser un message à Joe Biden.

Lors de l'élection de Donald Trump en novembre 2016, le président chinois Xi Jinping avait adressé ses félicitations au vainqueur dès le lendemain du scrutin.

Si la défaite du milliardaire républicain est de nature à soulager la Chine, qui a fait les frais d'une guerre commerciale déclenchée par Washington en 2018, certains experts notent que Pékin pourrait redouter de voir Joe Biden lui mettre davantage de pression en matière de droits de la personne.

Interrogé sur ce point, le porte-parole chinois a averti que son pays resterait déterminé à défendre sa souveraineté, sa sécurité et son développement.

Nous espérons que la prochaine administration américaine fera preuve d'une volonté de conciliation, a-t-il dit.

Quatre États toujours en jeu

Le président américain élu Joe Biden.

Le président américain élu Joe Biden en réunion virtuelle avec le conseil consultatif COVID-19 à Wilmington.

Photo : Getty Images / ANGELA WEISS

Les résultats tardaient encore lundi à se faire connaître dans les États de la Caroline du Nord, la Géorgie, l’Arizona et l’Alaska. Chaque État attribue un certain nombre de grands électeurs.

Avec ceux déjà déterminés, Joe Biden compte actuellement 279 grands électeurs, au-dessus du seuil des 270 nécessaires pour s'ouvrir les portes de la Maison-Blanche. En face, Donald Trump n'en possède que 214.

  • Arizona ( 11 grands électeurs)

Joe Biden y enregistre 49,5% des suffrages, contre 49 % pour Donald Trump, soit un mince écart de 16 985 voix, selon un décompte de 98 % des bulletins.

La chaîne Fox News et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) ont jugé dans la nuit du 3 au 4 novembre que le démocrate avait remporté cet État de l'Ouest, déclenchant la colère de Donald Trump.

Donald Trump.

Le président américain Donald Trump.

Photo : Reuters / CARLOS BARRIA

L'équipe du président a estimé que cette annonce était prématurée et a appelé Fox News à se rétracter, en vain. D'autres médias, comme le New York Times ou CNN, se sont gardés de déclarer un vainqueur dans cet État-clé, qui vote traditionnellement républicain.

  • Géorgie (16 grands électeurs)

Plus de 98 % des votes ont été comptabilisés dans cet Etat du Sud-Est qui a toujours voté républicain depuis 1996.

L'avance de Donald Trump n'a cessé de fondre depuis une semaine et Joe Biden est passé devant dans la nuit du 5 novembre: le démocrate a plus de 10.350 voix d'avance sur Donald Trump, soit 49,5 % des suffrages face à 49,3 % pour le président.

  • Caroline du Nord (15 grands électeurs)

Un total de 98 % des votes ont été comptabilisés dans cet Etat du Sud-Est, traditionnellement républicain.

Avantage pour l'heure à Donald Trump (50,0 %) sur Joe Biden (48,6 %), soit une avance d'environ 75 000 suffrages.

  • Alaska (3 grands électeurs)

56% des votes ont été comptabilisés dans cet Etat où la victoire de Donald Trump, qui est en tête avec 62,9 % des voix, ne fait presque aucun doute. Aucun démocrate ne s'est imposé dans cet État depuis des décennies.

Si Joe Biden remporte l'Arizona et la Géorgie, comme certaines projections semblent l'indiquer, il aura alors rassemblé 306 grands électeurs sur 538, soit le nombre qui avait permis à Donald Trump de gagner face à Hillary Clinton en 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !