•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maison Pollack : sanctions réclamées à l'endroit de Régis Labeaume

La façade de la Maison Pollack avec du matériel de construction pour soutenir la structure

La Maison Pollack est un bâtiment centenaire situé près de intersection de la Grande Allée et de l'avenue Cartier.

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

L'avocat François Marchand veut forcer la Ville de Québec à acheter la Maison Pollack et s'adresse à la Commission municipale du Québec afin que des sanctions soient imposées à Régis Labeaume pour ne pas avoir mis à exécution une décision du conseil municipal.

La Maison Pollack est un bâtiment centenaire situé près des intersections de la Grande Allée et de l'avenue Cartier.

Son propriétaire actuel refuse d'investir pour la rénover. La Ville de Québec lui a d'ailleurs décerné des constats d'infraction pour plus de 15 000$ en raison de l'état de délabrement avancé de la résidence inhabitée.

L'an dernier, la Ville avait lancé un processus d'expropriation. Une décision applaudie par l'opposition.

Un an plus tard, rien n'a toutefois bougé, selon Me Marchand.

Le 2 décembre 2019, le conseil municipal de la Ville de Québec adoptait à l’unanimité une résolution dans le but d’attribuer une somme de 603 000 $ afin de permettre la publication de l’avis de transfert de propriété de la Maison Pollack à la Ville de Québec suite aux démarches d’expropriation entreprises, souligne François Marchand.

Près d’un an plus tard, le montant voté par le conseil n’a toujours pas été versé et la Ville n’est toujours pas propriétaire de la maison Pollack qui continue de se détériorer.

Une citation de :François Marchand, avocat
Une colonne de la Maison Pollack qui doit être réparée

Les traces du vieillissement de la maison sont bien visibles.

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

Priorité : sauver la maison

François Marchand demande un blâme ou même une suspension maximale de 90 jours à l'endroit du maire Labeaume.

En vertu de l’article 52 de la Loi sur les cités et villes, le maire doit voir à ce que les règlements et les ordonnances du conseil soient "fidèlement et impartialement mis à exécution" , reproche-t-il.

La priorité de cette procédure demeure avant tout de sauver la maison, selon M. Marchand.

J'ose penser que l'effet sera dissuasif et que le maire va finalement respecter les décisions de sa propre équipe au conseil municipal

Une citation de :François Marchand, avocat

L’état d’insalubrité de la maison Pollack perdure depuis au moins février 2012. Des échafaudages y sont installés pour soutenir les galeries, ajoute Me Marchand. Les bases des colonnes sont pourries et la corniche est en mauvais état.

Un graffiti sur un mur extérieur de la Maison Pollack.

Située sur la Grande Allée, la Maison Pollack a une haute valeur patrimoniale selon la Ville.

Photo : Radio-Canada / Hugo Pothier

Symbole de l'embourgeoisement de la Grande Allée au début du 20e siècle, la Maison Pollack possède une valeur patrimoniale élevée, notamment en raison de son architecture unique et de sa position enviable à Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !