•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Italie : les médecins veulent un « confinement total »

Un travailleur de la santé avec un patient dans l'unité de soins intensifs COVID-19 de l'hôpital Maggiore, à Bologne, en Italie.

De 30 000 à 40 000 contaminations sont comptées chaque jour en Italie et le système sanitaire est sous forte tension.

Photo : Getty Images / Michele Lapini

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La situation épidémique en Italie est « largement non maîtrisée », selon les médecins, qui demandent au gouvernement de décréter sans délai un « confinement total » pour endiguer la deuxième vague de COVID-19.

Alors que le pays enregistre entre 30 000 et 40 000 nouveaux cas positifs chaque jour, le système sanitaire est sous forte tension. Les unités de soins intensifs sont menacées de saturation dans plusieurs régions et les hôpitaux doivent déprogrammer les opérations et examens prévus pour d'autres pathologies.

La situation est largement non maîtrisée, a déclaré lundi à la télévision publique RAI le professeur Massimo Galli, chef du département des maladies infectieuses de l'hôpital Sacco de Milan (nord), la capitale de la Lombardie, la région la plus touchée en Italie.

Les autres maladies ne font pas la grève parce qu'il y a la COVID et il faut s'organiser [...], car autrement la pandémie finira par faire des dégâts qui vont au-delà du déjà très triste grand nombre de morts, a-t-il ajouté.

L'Italie, premier pays d'Europe touché en février par l'épidémie, a enregistré depuis plus de 41 000 morts pour plus de 935 000 cas.

Pour tenter de juguler la deuxième vague, le gouvernement a décidé de classer les 20 régions italiennes en trois catégories, en fonction de la gravité de la situation, allant de la jaune, où un couvre-feu national est en vigueur, à la rouge, où un confinement relativement strict est appliqué.

Quatre régions ont été placées en zone rouge par le gouvernement et une cinquième a décidé toute seule de se confiner, dimanche soir, tandis que deux autres sont en zone orange, le restant des régions étant en zone jaune.

Pour la Fédération nationale des ordres de médecins, ces mesures sont insuffisantes et son président Filippo Anelli a exigé un confinement total dans tout le pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !