•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Protégez-vous, parce que ça frappe en démon », exhorte un survivant de la COVID-19

Jean Boisvert devant un micro de Radio-Canada.

Jean Boisvert, un résident d'Asbestos, ignore où il a contacté la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un résident d’Asbestos, Jean Boisvert, n’avait pas particulièrement peur de la COVID-19. Après avoir contracté le virus il y a deux semaines, il a cependant changé d’avis.

Je me disais que ce n’est pas si pire [...] qu'on allait l’avoir et après être débarrassés… Mais je ne souhaite pas ça à personne. J’ai eu vraiment peur : à un moment donné, je me suis dit qu’il n’y avait plus d’air qui rentrait, que je n’allais pas passer à travers, se souvient-il.

Il ne sait pas où il a contracté le virus, puisqu’avant d'attraper la COVID, il a notamment joué au hockey et dîné au club Aramis.

Il a commencé par remarquer qu’il avait perdu le sens du goût. Le lendemain, après avoir aussi perdu l’odorat, il a pris rendez-vous avec sa femme pour aller passer des tests de dépistage. 

Un jour plus tard, leurs résultats sont revenus positifs. 

« J’ai eu vraiment peur »

C’est à ce moment que la situation de M. Boisvert a commencé à se dégrader. 

Je me suis couché tôt, j’avais de la misère à respirer et à parler, je suis tombé bien fatigué. À 5 h du matin, ma femme a dit qu’on appelait une ambulance. Je voulais attendre, me calmer, [...] mais à 8 h 15, ça m’a pris presque une demi-heure pour prendre ma douche, je cherchais mon air. , relate-t-il.

Il s’est retrouvé à l’hôpital, où il a passé des tests sanguins et une radiographie. Le lendemain, on l’a appelé pour lui annoncer qu’il faisait aussi une pneumonie. Est-ce que ça vient du virus? On ne sait pas. 

Il a alors commencé à prendre des antibiotiques, et son état s’améliore maintenant de jour en jour. Il n’a pas retrouvé son sens de l’odorat, mais son goût est revenu à environ 80 %, estime-t-il.

Maintenant, lui et sa femme marchent, mais moins qu’avant. Je marchais huit kilomètres par jour, mais maintenant je me sens plus essoufflé, explique-t-il. Il ne se sent cependant pas prêt à reprendre le hockey, car il a encore le souffle court. 

Dans son groupe de hockey, quatre autres personnes ont contracté la COVID. M. Boisvert est cependant le seul à avoir présenté des symptômes. Sa femme est aussi restée asymptomatique.

Le résident d'Asbestos retient de cette expérience l’importance d’aller se faire dépister.

Si je ne l’avais pas eu, ma blonde serait allée travailler et l’aurait partagé avec ses collègues de travail, car elle n’avait pas de symptômes. C’est ça qui est dangereux, avec ce virus-là, il est vraiment sournois. Protégez-vous, parce que ça frappe en démon.

Une citation de :Jean Boisvert, un résident d'Asbestos qui a survécu à la COVID-19

D'après les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !