•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque divise le conseil municipal de La Broquerie

Un homme masqué marchant à côté du panneau de la municipalité rurale de La Broquerie.

Dans la salle du conseil municipal de La Broquerie, le masque n'est pas obligatoire tant que la distanciation physique est respectée.

Photo : Radio-Canada / Mohamed-Amin Kehel

Plusieurs conseillers de la municipalité rurale de La Broquerie estiment qu’il est important de porter le masque lors des réunions du conseil, tandis que d’autres pensent que la distanciation de deux mètres suffit. Parmi ces derniers, le préfet Lewis Weiss remet notamment en cause les statistiques sur la COVID-19 et les mesures sanitaires.

Ce devait être un conseil municipal habituel et sans histoire à La Broquerie, mercredi dernier, mais dans la salle de réunion du bâtiment de la municipalité rurale, une scission saute aux yeux.

Des sept personnes présentes, trois portent un masque. Les conseillers Ivan Normandeau, Paul Gauthier et Laurent Tétrault sont arrivés en portant un couvre-visage, tandis que Darrell Unger, Alvin Derksen, John Letkemen et le préfet Lewis Weiss en étaient dépourvus.

Les règles des autorités de la santé publique du Manitoba n’imposent pas le port du masque si une distance physique de deux mètres peut être respectée, ce qui est le cas dans la salle du conseil de La Broquerie.

Par courriel, Alvin Derksen se défend d’ailleurs en notant que la distanciation a été respectée par toutes les personnes sur place.

Pour Ivan Normandeau, cependant, il fallait montrer l’exemple au moment où le Manitoba connaît une deuxième vague meurtrière de COVID-19.

Je pensais que c’était un bon point, mon enfant va à l’école et porte le masque toute la journée.

Ivan Normandeau, conseiller municipal de La Broquerie

Ivan Normandeau souligne toutefois qu’il respecte le choix de ses collègues de ne pas le porter tant que cela ne va pas à l’encontre des règles sanitaires.

C’est une opinion, on ne peut pas contrôler les opinions des personnes, dit-il.

Il précise aussi qu’en général, le port du masque est respecté dans les commerces et les espaces intérieurs de La Broquerie.

Des propos anti-masques du préfet

Ivan Normandeau note aussi que les propos du préfet de La Broquerie à la sortie du conseil ne sont pas le reflet de la politique de la municipalité.

En effet, Lewis Weiss réfute certaines données scientifiques de la pandémie de COVID-19 et affirme que les chiffres sont exagérés. Il estime que tout ceci fait partie d’un plan et ne croit pas à l’efficacité des mesures sanitaires.

Une condition médicale l’empêche de porter un masque, selon lui, mais au-delà de cela, le préfet Weiss doute aussi de l’efficacité du couvre-visage.

Il estime qu’il ne fait de mal à personne en ne le portant pas et assure que s’il présentait des symptômes de COVID-19, il resterait chez lui pour protéger les personnes avec qui il travaille et ses clients.

Tout ce que je demande, c’est que l’on respecte mon choix. Je ne blâme pas ceux qui portent un masque, si cela les fait sentir plus en sécurité. Nous devons essayer d’aller au-delà de ces différences et nous rassembler pour trouver des solutions.

Lewis Weiss, préfet de la municipalité rurale de La Broquerie

Ivan Normandeau précise que cette petite opinion n’a pas empêché le préfet Lewis Weiss de soutenir un projet de distribution de masques à La Broquerie et à Marchand en partenariat avec l’entreprise HyLife.

Après ses propos, Lewis Weiss assure avoir reçu quelques appels haineux. Les deux responsables politiques locaux appellent donc au calme et à l’apaisement après cet épisode.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !