•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caricatures : le chef de la diplomatie française au Caire pour un travail « d'apaisement »

Jean-Yves Le Drian et  Sameh Shoukry au palais Tahrir

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et son homologue égyptien Sameh Shoukry au palais Tahrir, à Le Caire.

Photo : Getty Images / KHALED DESOUKI

Agence France-Presse

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est au Caire ce dimanche, où il doit prendre part à des entretiens en vue d'un « travail d'apaisement » vis-à-vis du monde arabe au sujet des caricatures du prophète Mahomet, a-t-on appris de source diplomatique.

M. Le Drian rencontrera le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, son homologue Sameh Choukry, ainsi que le grand imam d'Al-Azhar Ahmed al-Tayeb, qui a vivement critiqué la France pour sa défense de la liberté d'expression.

Le ministre poursuivra le travail d'explication et d'apaisement engagé par le président de la République, a précisé le Quai d'Orsay dans un communiqué avant l'arrivée de M. Le Drian au Caire.

Dans un discours fin octobre, M. al-Tayeb a déclaré que le fait d'insulter des religions et d'attaquer leurs symboles sacrés au nom de la liberté d'expression est un double standard intellectuel et un appel à la haine.

Pour sa part, le président Sissi a défendu, dans un discours à l'occasion de l'anniversaire du prophète Mahomet le 28 octobre, les valeurs religieuses rejetant les insultes au prophète.

La visite de M. Le Drian sera également l'occasion de discuter du dossier libyen et du processus paix au Proche-Orient.

M. Macron a défendu la liberté de caricaturer en promettant de ne pas renoncer aux caricatures, lors d'un hommage national au professeur Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet.

Dans le monde musulman, des fidèles ont réagi avec colère aux propos de M. Macron, dont des effigies et des portraits ont été brûlés lors de manifestations. Et une campagne a été lancée dans plusieurs pays musulmans pour boycotter les produits français.

Des manifestants frappent une photo d'Emmanuel Macron avec une sandale.

Des effigies du président et du premier ministre français, Emmanuel Macron et Jean Castex, sont brandies avant d'être brûlées pendant une manifestation à Dacca.

Photo : afp via getty images / Munir Uz Zaman

En Égypte, les appels au boycottage ont été relayés sur les réseaux sociaux, mais peu de conséquences tangibles de ces appels ont été constatées.

Les relations entre Paris et Le Caire, où M. Le Drian effectue sa 18e visite ministérielle, sont au beau fixe. Le ministre s'y est d'abord rendu en sa qualité de ministre de la Défense, puis de chef de la diplomatie française.

Par ailleurs, des enquêtes ont été ouvertes en France suite à des menaces contre un imam ayant pourfendu l'intégrisme islamiste. Ces menaces se sont intensifiées depuis l'assassinat d'un professeur, tué pour avoir montré des caricatures de Mahomet, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Hassen Chalghoumi, 48 ans, est l'imam de la mosquée de Drancy en banlieue parisienne, dont la représentativité est souvent contestée dans la communauté musulmane.

Selon son avocat, Me David-Olivier Kaminski, l'imam fait l'objet d'une menace complètement exacerbée depuis la décapitation mi-octobre de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie au collège de Conflans-Sainte-Honorine en région parisienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !