•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amis montréalais de Kamala Harris applaudissent sa victoire

Kamala Harris, regardant vers la droite, devant un micro

Kamala Harris a vécu cinq ans à Montréal avec sa mère et sa sœur.

Photo : Getty Images / Al Drago

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des anciens camarades de classe de l'école secondaire de Westmount, d'où est diplômée Kamala Harris, ont salué la victoire de la nouvelle vice-présidente élue des États-Unis.

Kamala Harris a vécu cinq ans dans la métropole québécoise lorsque sa mère, Shyamala Gopalan, chercheuse sur le cancer du sein, a travaillé à la faculté de médecine de l'Université McGill et mené des recherches à l'Hôpital général juif.

La vice-présidente élue a obtenu son diplôme de l'école secondaire de Westmount en 1981. Ceux qui l'ont côtoyé à l'époque gardent un bon souvenir de leur ancienne camarade classe et se réjouissent de sa victoire électorale.

Wanda Kagan, qui fréquentait le même établissement scolaire, était très heureuse lorsqu'elle a appris la victoire de celle qui était sa meilleure amie au secondaire. J'étais tellement excitée, surtout pour ma fille, une femme noire, forte et indépendante. C'est significatif pour tout le monde, a-t-elle affirmé dans une entrevue à CBC.

Kamala Harris devant les micros, lors d'un événement de campagne en Pennsylvanie la veille des élections.

Le reportage de Marie-Josée Paquette Comeau

Photo : Getty Images / Mark Makela

Mme Kagan soutient que son amitié avec la colistière de Joe Biden a changé le cours de sa vie lorsqu'elle était adolescente. Elle a d'ailleurs prénommé sa fille Maya, le prénom de la sœur de Kamala Harris.

Lorsque j'étais au secondaire, j'ai été abusée par mon beau-père. Kamala et moi étions meilleures amies et je me suis confiée à elle, raconte Mme Kagan. Elle est allée voir sa mère, qui lui a dit que je devais aller vivre chez elles, alors j'ai habité avec elles pour terminer mon année scolaire.

Dean Smith, un autre élève de la cohorte de Kamala Harris, a comparé la victoire de son ancienne compagne de classe à celle du triomphe de l'amour sur la haine. Le bien finit toujours par l'emporter, dit-il.

En entrevue à CBC, M. Smith a affirmé n'avoir que de bons souvenirs de Kamala Harris. Il croit que sa victoire à la vice-présidence en tant que première femme noire sera une inspiration pour les jeunes. C'est bien pour les jeunes filles de voir que même si tes parents viennent d'un autre pays, tu as ta place et tu peux réussir.

Photo d'école de Kamala Harris.

La nouvelle vice-présidente élue a obtenu son diplôme d'études secondaires au Québec en 1981 à l'école secondaire de Westmount, une école publique de Montréal.

Photo : CBC

Trevor Williams, ancien membre de l'équipe nationale canadienne de basket-ball qui était ami avec Kamala Harris et sa sœur Maya, se souvient d'elles comme des étudiantes intelligentes et discrètes. Il n'est pas surpris par la réussite de son ancienne camarade de classe.

J'avais juste le sentiment qu'elles allaient être quelque chose d'important dans la société quelque part, d'une manière ou d'une autre, affirme M. Williams.

Hugh Kwok, qui était lui aussi un ami de Kamala Harris, se souvient qu'elle était populaire à l'école secondaire. Elle avait su s'adapter facilement au climat et à la diversité culturelle et linguistique de Montréal. Elle avait quelque chose de spécial, elle se fondait parmi tout le monde, se rappelle-t-il.

Selon lui, sa victoire avec Joe Biden est un développement positif à un moment où la planète peut utiliser une infusion de paix et d'amour. Il pense aussi que sa victoire sera bénéfique pour le Canada.

C'est vraiment bon pour les Canadiens, elle comprend les Canadiens depuis qu'elle a vécu ici, dit-il.

Une inspiration pour les élèves

L'école secondaire de Westmount n'a pas tardé à offrir ses félicitations à Mme Harris, saluant sur Twitter une chevalière de l'école à la Maison-Blanche.

Elle l'a fait. Kamala Harris, tant de premières. La fierté [de] WHS (école secondaire de Westmount).

Pour Kaleesia Bailey, une élève actuelle de 5e secondaire, savoir que son école peut compter sur une ancienne élève aussi distinguée dans ses rangs a un impact.

« Elle a été à ma place à un moment donné et c'est vraiment inspirant, parce qu'elle est une femme noire et moi aussi. [...] Je n'ai jamais vu personne qui m'ait autant ressemblé occuper ce genre de poste auparavant. »

— Une citation de  Kaleesia Bailey, élève de l'école secondaire de Westmount

Selon Rob Green, qui enseigne dans cette école, la diversité rencontrée par Mme Harris à son époque demeure un des plus précieux attraits de l'établissement.

C'est une chose qu'une membre de notre communauté ait réussie à atteindre ce sommet, mais c'est encore plus spécial pour nous, car elle a fait partie d'une communauté minoritaire de Montréal, dit M. Green.

François Legault salue sa victoire

Le premier ministre du Québec François Legault a lui aussi souligné les racines montréalaises de Mme Harris dans un message de félicitations à Joe Biden et sa colistière sur les médias sociaux.

Je félicite aussi la vice-présidente élue, Mme Kamala Harris, qui a passé une partie de sa jeunesse à Montréal. On a hâte de vous revoir chez nous. Vous serez toujours la bienvenue au Québec, a-t-il écrit sur Twitter.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !