•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de COVID-19 à Matane : des entreprises écoutent l'appel des élus

La rue Saint-Jérôme, au centre-ville de Matane.

La résidence privée des Bâtisseurs a rapporté 61 cas de COVID-19 en cinq jours (archives).

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Alors que le nombre de cas de COVID-19 à la Résidence des Bâtisseurs continue d’augmenter, plusieurs commerçants matanais ont répondu à l’appel au ralentissement des activités lancé par les élus de la région.

La résidence privée pour personnes âgées a rapporté 61 cas de COVID-19 en cinq jours. De ce nombre, deux résidents sont morts et deux autres sont toujours hospitalisés.

La denturologiste Lise Fillion a volontairement décidé de rencontrer un seul patient par jour. En temps normal, elle peut traiter jusqu'à une dizaine de personnes quotidiennement.

Selon elle, l’augmentation des cas n’est pas quelque chose à prendre à la légère.

C’est un sacrifice que je fais pour éventuellement qu’on puisse contrer tout ce qui se passe présentement. Ça peut vraiment dégénérer, comme on peut voir à des places comme en Europe.

Lise Fillion, denturologiste basée à Matane

Je me dis que s’il y a moins de va-et-vient et que les gens se déplacent moins, ça peut réduire la propagation du virus, ajoute-t-elle.

Pour emporter seulement à la boulangerie

La copropriétaire de la Boulangerie Toujours dimanche, Marie Fortin, a aussi décidé d'enlever les tables pour prendre les repas à l'intérieur du commerce.

Elle se dit particulièrement inquiète de sa clientèle plus âgée, qui est très nombreuse.

Je pense qu’il y avait des clients qui ne comprenaient pas l’urgence ou qui prenaient [la pandémie] plutôt à la légère en continuant de venir prendre un café entre amis qui n’ont pas le même domicile, indique-t-elle.

Marie Fortin devant le comptoir de pâtisseries de son commerce.

Marie Fortin, copropriétaire de la Boulangerie Toujours dimanche

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Mme Fortin affirme avoir toléré ces petits rassemblements jusqu'à cette semaine vu le faible nombre de cas de COVID-19 dans le secteur. Elle espère maintenant que la fermeture de sa salle à manger enverra un message clair à sa clientèle.

C’était pour dire : "nous, on ne néglige pas ça et on trouve important que vous restiez chez vous et en santé".

Marie Fortin, copropriétaire de la boulangerie Toujours dimanche.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !