•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nord-du-Québec passe au niveau d’alerte orange mardi

Chargement de l’image

Le Nord-du-Québec passe au palier d’alerte orange et des mesures seront en vigueur dès mardi prochain.

Photo : Gouvernement du Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La région du Nord-du-Québec passe au palier d’alerte orange en raison de la multiplication des contaminations à la COVID-19.

Les quatre derniers jours, 13 cas se sont ajoutés au bilan régional.

Pour les autorités sanitaires, il s'agit surtout d'éviter de passer au palier d’alerte maximale (rouge) ou un confinement généralisé.

Le Centre régional de santé et de services sociaux de la Baie-James annonce par conséquent la mise en place de mesures pour ralentir la transmission du virus.

Certaines activités et des milieux réduiront leurs heures d’ouverture et le nombre de personnes présentes.

Les contacts sociaux non nécessaires sont à éviter.

En passant à un palier supérieur, le directeur de la santé publique Éric Goyer souhaite faire diminuer les contacts sociaux.

« En passant au palier orange, on veut en profiter en termes de communication pour rappeler aux gens les mesures à prendre. »

— Une citation de  Éric Goyer

Il faut réduire la taille des rassemblements privés à l'intérieur, ne pas dépasser 6 personnes d'éviter d'aller à plusieurs dans les commerces. C'est sûr qu'il n’y a pas de fermeture d'écoles, mais certains commerces vont fermer plus tôt comme les restaurants et les bars. Ce qu'on souhaite c'est de limiter les rassemblements, les soupers entre amis, si les gens peuvent faire du télétravail, demeurer dans la région si le déplacement n'est pas essentiel comme au Saguenay qui est une région rouge. On veut inviter les gens à être prudents, dit Éric Goyer.

Actuellement plus de 70 personnes sont en isolement dans la région

Les autorités craignent de voir les équipes de la santé débordées si la situation devait se compliquer.

« La plus grosse crainte c'est qu'une région comme le Nord-du-Québec, il y a quand même des infrastructures au niveau de la santé, mais c'est quand même fragile. »

— Une citation de  Éric Goyer

S'il fallait qu'il y ait plusieurs cas et des hospitalisations, la région est totalement dépendante d'autres régions pour les hospitalisations COVID. Les patients doivent être transférés soit au Saguenay, soit en Abitibi, des fois à Québec. Il ne faudrait pas que la situation continue à se dégrader parce que là on est un peu inquiets sur notre capacité tant comme équipe de santé publique, à faire le suivi approprié pour la recherche des cas et des contacts et mettre les gens en isolement, mais également s'il y avait des gens qui avaient des infections plus sévères, qui nécessitent des soins de leur fournir des soins adéquats, précise le responsable.

La plupart des nouvelles mesures sanitaires entreront en vigueur le 10 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !