•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième course sénatoriale en Georgie prévue en janvier

Le sénateur républicain David Perdue parle au micro lors d'un arrêt de campagne à Atlanta.

Entré en fonctions en 2015, le sénateur républicain David Perdue tente d'obtenir un deuxième mandat en Georgie.

Photo : Associated Press / John Bazemore

Radio-Canada

Le sénateur républicain David Perdue n’a pas réussi à obtenir un appui suffisant des électeurs de la Georgie pour assurer un deuxième mandat. Son sort se jouera donc lors d’un second tour, le 5 janvier prochain, selon le New York Times.

En vertu de la loi électorale de cet État, un candidat doit obtenir plus de 50 % des voix pour être déclaré vainqueur de la course. Or, selon les projections du New York Times, David Perdue obtient 49,8 % des voix, contre 47,9 % pour son opposant démocrate.

Alors que les Américains attendent avec impatience la fin du dépouillement des bulletins de vote qui déterminera qui de Donald Trump ou de Joe Biden l’emportera dans cet État à tendance républicaine, le poids de la Georgie sur le jeu politique s’accroît. Non seulement est-elle déterminante dans la course à la Maison-Blanche, mais elle l’est tout autant dans la lutte que se livrent républicains et démocrates pour le contrôle du Sénat.

Outre la Georgie, deux autres États n’ont toujours pas dévoilé les vainqueurs des courses sénatoriales. Si les républicains ont une bonne longueur d’avance en Alaska, l’issue est toujours incertaine en Caroline du Nord, où le démocrate Cal Cunningham tire légèrement de l’arrière sur le sénateur sortant Thom Tillis.

Jeudi, les démocrates se sont assurés de conserver leur siège au Michigan. Ce sont donc quatre sièges qui sont toujours en jeu, tandis que les deux partis sont au coude-à-coude, chacun bénéficiant pour l’heure de 48 sièges à la Chambre haute – les démocrates pouvant compter sur l’appui de deux sénateurs indépendants.

En plus de la course opposant David Perdue à l’ancien journaliste d’enquête Jon Ossoff, un autre siège au Sénat sera en jeu en janvier 2021, lors du deuxième tour d’une élection spéciale.

La sénatrice républicaine Kelly Loeffler, qui avait été choisie pour assurer l’intérim après le départ à la retraite de Johnny Isakson, n’a obtenu que 26 % des voix, soit 6,9 points de pourcentage derrière le démocrate Raphael Warnock, forçant ainsi la tenue d’un nouveau scrutin.

Pour obtenir le contrôle du Sénat, les démocrates doivent réaliser un gain de quatre sièges, ou trois si Joe Biden devient président des États-Unis, le vice-président jouant un rôle prépondérant en cas d’égalité. Pour rester majoritaires au Sénat, les républicains ne peuvent perdre plus de trois sièges, ou deux si Trump n'est pas reporté au pouvoir.

Le contrôle de la chambre haute du Congrès est crucial pour un parti advenant que son candidat à la présidence n'est pas élu. Les sénateurs permettent notamment l'adoption de lois et la confirmation de juges désignés par le président et son administration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !