•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Valoristes s'installeront dans l'ancienne gare d'autocars de Montréal

La coopérative de récupération de contenants consignés a conclu une entente de deux ans avec la Ville.

Un chariot attelé à une bicyclette rempli de bouteilles et de cannettes vides.

Les Valoristes font partie du paysage montréalais depuis plusieurs années.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

Radio-Canada

Les personnes qui ramassent les cannettes et les bouteilles vides au centre-ville pourront maintenant trier leur récolte au chaud.

La Ville de Montréal a annoncé vendredi matin qu'elle avait accepté de prêter un local de 1140 pieds carrés dans le bâtiment qui abritait autrefois la gare d'autocars de l'arrondissement de Ville-Marie à la coopérative de solidarité Les Valoristes, qui se spécialise dans la récupération de contenants consignés.

En outre, trois conteneurs seront installés à l'extérieur, dans la voie auparavant réservée au passage des autobus, à l'arrière de l'immeuble.

L'entente, d'une durée de deux ans, entrera en vigueur dans un peu moins de deux semaines, le mardi 17 novembre. Elle permettra aux Valoristes, habituellement installés sous le pont Jacques-Cartier pendant l'été, de poursuivre leurs activités pendant l'hiver.

On opère un dépôt depuis huit ans, pendant les étés seulement, sous le pont Jacques-Cartier, mais avec le temps froid qui arrive, on ne peut plus continuer à l'année longue. Ça va être vraiment la première fois qu'on va pouvoir continuer durant [toute] l'année, incluant les mois froids d'hiver.

Une citation de :Marica Vazquez Tagliero, coordonnatrice des Valoristes

La présence continue des Valoristes au centre-ville de Montréal aidera également la Municipalité à atteindre ses objectifs en matière de lutte contre la pauvreté, de propreté des espaces publics et de gestion des matières résiduelles, a souligné l'administration Plante dans son communiqué de presse.

Un usage transitoire

La Ville de Montréal a acquis en 2018 le 505 boulevard de Maisonneuve Est, mieux connu sous le nom de « Terminus Voyageur », pour en faire un projet de redéveloppement.

En attendant sa réalisation, l'immeuble fait l'objet d'« usages transitoires ». Il abrite actuellement trois entreprises de courrier associées à Colibri, un système de livraison urbaine écologique lancé en août 2019.

Avec l'ajout des Valoristes, on vient créer une certaine activité dans cet espace-là qui est sous-utilisé, sous-exploité, puis qui vient répondre à différents besoins, a expliqué en entrevue Sophie Mauzerolle, conseillère de ville dans le district de Sainte-Marie.

Un homme dépose le contenu de sa cueillette dans une piscine pour enfants. Derrière le comptoir, une femme manie une calculatrice.

Avec l'élargissement prévu de la consigne au Québec en 2022, les Valoristes voient l'avenir avec un certain optimisme.

Photo : Radio-Canada / Étienne Leblanc

Créée en 2012, la coopérative Les Valoristes est une entreprise d'économie sociale à but non lucratif qui offre des services de retour de contenants consignés à ceux et celles qui sillonnent les rues de la métropole sur une base régulière pour collecter les cannettes et bouteilles vides oubliées ou jetées dans les poubelles et les bacs à recyclage.

C'est actuellement la seule organisation du genre au Québec.

Les Valoristes permettent de récupérer chaque jour 25 000 contenants, mais ce total peut grimper à 80 000 certaines journées d'été. Sa clientèle, précise la Ville de Montréal, est composée de milliers d'hommes et de femmes, pour la plupart en situation de vulnérabilité socio-économique.

Cela étant dit, le point de collecte qui sera ouvert dans l'ancienne gare d'autocars de Montréal sera accessible à tous les particuliers et les entreprises qui souhaiteront pouvoir en profiter.

Jean-Paul Paquette, qui ramasse des dizaines de milliers de cannettes consignées chaque année, est ravi d'apprendre l'ouverture d'un dépôt spécialement pour les gens comme lui.

Je vais pouvoir me sentir plus utile à la société, dit-il. Dans les magasins, on ne peut pas amener rien, on se fait mettre dehors quasiment! Ici, on ne se fera pas mettre dehors et on va pouvoir amener toutes sortes de contenants. Même les contenants écrasés, ils nous les prennent, ici. On se casse plus la tête, c'est ça qui est le fun.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !