•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sept-Îles réclame des leviers pour la transformation de l’aluminium dans la région

Coulage de lingots d'aluminium à l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles.

L'aluminium produit à Sept-Îles quitte la région avant d'être transformé.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

La Ville de Sept-Îles dépose un mémoire pour réclamer sa part du gâteau dans le développement de l'industrie de l'aluminium dans la province.

Avec le potentiel hydroélectrique de la région et l’expertise développée dans le domaine au Cégep de Sept-Îles, la Ville espère que la nouvelle mouture de la stratégie de développement de l’aluminium lui sera bénéfique.

En 2015, le gouvernement Couillard présentait la première version de cette stratégie, assortie d'investissements de 32,5 millions sur trois ans.

Depuis le mois de septembre, le gouvernement du Québec mène des consultations pour mettre à jour cette stratégie.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Des crédits d'impôt et du soutien aux entreprises sont des mécanismes qui pourraient être déployés sur la Côte-Nord, pense le maire de Sept-Îles Réjean Porlier.

On souhaite voir dans la mise à jour des éléments importants pour qu’on ait les mêmes chances qu’ailleurs au Québec. Et là, je pense entre autres à la vallée de l’aluminium [au] Saguenay., juge M. Porlier.

C’est parfait qu’ils [le Saguenay] aient des avantages, mais nous n’avons jamais compris pourquoi nous n’étions pas inclus dans la vallée de l’aluminium.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles
Le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bhérer

Le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bhérer

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bhérer, pense qu’un meilleur soutien provincial pour la recherche dans le domaine de l’aluminium pourrait favoriser l’émergence de la transformation de cette matière dans la région.

Éventuellement, ça peut nous amener à faire émerger des projets d’entreprise. La transformation de l’aluminium, on a ça à l’esprit quand on mène des projets de recherche qui nous permettent d’identifier le potentiel commercial d’un produit quelconque. Il faut mettre des ressources éventuellement pour explorer ces pistes-là, propose-t-il.

Avec les informations de Marie Kirouac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !