•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas un nouveau régime forestier, mais de bonnes intentions, selon Chantiers Chibougamau

Chantiers Chibougamau

Chantiers Chibougamau

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a présenté vendredi une révision ciblée du régime forestier, qui était attendue par plusieurs dans l'industrie et dans les communautés qui en vivent.

Les changements incluent notamment une révision des mécanismes de mise en marché des bois, une optimisation des processus de planification forestière et l’amélioration de l’environnement d’affaires de l’industrie forestière.

Selon le communiqué du ministère de la Faune, de la Forêt des Parcs (MFFP), la révision a pour but d’offrir plus de prévisibilité aux entreprises, de simplifier l’exécution des opérations, de favoriser la récupération des bois lors de perturbations naturelles et de produire un plus grand volume de bois.

Les mesures que nous mettons en avant permettront aux entreprises d’accroître leur compétitivité à court terme, a indiqué le ministre Dufour.

La demande principale des entreprises concernait la prévisibilité de l'approvisionnement forestier, à savoir de pouvoir connaître longtemps d'avance les quantités de bois auxquelles elles auront droit. Pour ce qui est des ventes aux enchères, souvent critiquées, elles sont conservées, mais avec des modifications.

Pour le directeur exécutif de Chantiers Chibougamau, Frédéric Verreault, la révision comporte de bons changements. Ce sont des correctifs administratifs qui sont apportés de bonne foi. J'ai toutes les raisons de croire que les personnes qui y ont travaillé au ministère des Forêts voulaient améliorer les choses, mais on est loin d'une réforme qui va transformer le secteur, a-t-il analysé lors d'un entretien téléphonique.

Corde de bois à gauche. Machinerie dont les chenilles s’enfoncent dans la boue laissant des traces derrière elle.

Les entreprises demandaient une meilleure prévisibilité.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Du côté du Lac-Saint-Jean, l'organisme Alliance forêt boréale, qui regroupe des communautés et des travailleurs de l'industrie forestière, réagira mardi à la suite d'une réunion du conseil d'administration. Le président de l'organisme, Pascal Cloutier, a ainsi préféré attendre avant de commenter. Celui qui est aussi maire de Dolbeau-Mistassini a d'ailleurs assisté à la présentation virtuelle du ministre Dufour.

Déception chez Unifor

Unifor, le plus important syndicat du secteur forestier, s’est montré déçu de l’absence de mesures en faveur des travailleuses et travailleurs. C’est une nouvelle occasion ratée de corriger les graves injustices créées au fil des réformes passées. En effet, en raison d’absence d’harmonisation entre les lois, notamment sur la notion de présomption d’employeur lors du processus de syndicalisation, il est devenu pratiquement impossible de se syndiquer dans le secteur de la forêt , a fait savoir par communiqué le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné.

Toutefois, selon le syndicat, un représentant du gouvernement se serait dit ouvert à examiner le problème, qu'il croyait réglé depuis la réforme de 2013.

L'UMQ et les producteurs forestiers satisfaits

L'Union des municipalités du Québec (UMQ), quant à elle, reçoit positivement le plan de travail annoncé par le ministre Dufour. Il répond à certaines demandes formulées par l'UMQ, notamment au niveau de la révision des mécanismes de mise en marché des bois. Maintenant, il faut établir les cibles et les échéanciers. Il faut travailler étroitement avec le ministère pour mettre en œuvre rapidement les différentes mesures, a souligné le président du Comité sur la forêt de l'UMQ et maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil. Rappelons qu'il a également été ministre délégué à la Forêt, à la Faune et aux Parcs de 2003 à 2005.

Quant à la Fédération des producteurs forestiers du Québec, elle salue l’intention du MFFP de vouloir simplifier l’environnement fiscal des producteurs forestiers et de vouloir accroître la réalisation de travaux sylvicoles en forêt privée en diminuant le fardeau administratif.

Finalement, le MFFP a fait savoir qu'il poursuivra ses échanges avec tous les partenaires du secteur forestier, afin d’améliorer en continu les pratiques d’aménagement durable des forêts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !