•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les médecins résidents devront encore attendre pour obtenir leur plein droit d'exercer

Les bras d'un médecin et de sa patiente discutant, assis à un bureau.

L'examen d'aptitude du Conseil médical du Canada est essentiel pour que les résidents complètent leur parcours éducatif.

Photo : iStock

Le Conseil médical du Canada a à nouveau annulé l’examen d’aptitude exigé pour que les médecins en devenir complètent leur résidence.

Dans un courriel envoyé à ses membres dont Radio-Canada a obtenu copie, l’organisme affirme avoir dû annuler les examens en raison des risques représentés par la pandémie de COVID-19.

Il s’agit de la 3e annulation depuis le printemps.

L’association canadienne des médecins résidents et la fédération des médecins résidents du Québec appuient la décision d’annuler les examens en personne, qui nécessitent le déplacement de centaines de médecins vers les grandes villes, souvent des points chauds de la pandémie, et leur présence dans des locaux fermés durant plusieurs heures.

Toutefois, de nombreux résidents et médecins d’expérience s’inquiètent des conséquences de retarder la complétion de la résidence de milliers de médecins.

Les ordres professionnels des provinces, comme l’ordre des médecins et des chirurgiens de l’Ontario, ont octroyé des permis temporaires et parfois restreints aux résidents pour leur permettre de poursuivre leur pratique en attendant de pouvoir se soumettre à l’examen.

Dans certains cas, les restrictions empêchent les résidents de postuler pour certains emplois qui nécessitent des médecins autonomes.

Les régions éloignées et les communautés autochtones, par exemple, pourraient faire face à des enjeux de recrutement supplémentaires. Le manque de personnel y rend souvent difficile la supervision prolongée de résidents.

Le Conseil médical du Canada affirme travailler à la mise en place d’une évaluation virtuelle, mais n’est pas en mesure, pour l’instant, de fournir un échéancier pour la mise en place de cet examen.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !