•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Subvention du tourisme intraprovincial : les entrepreneurs heureux de l'annonce

Coucher de soleil au bord du lac après une expédition de canoë.

Une enquête récente de l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario (TIAO) a révélé que l'écrasante majorité des propriétaires d'entreprise du secteur subissent des pertes de revenus moyennes de 70 % par rapport à 2019.

Photo : Gracieuseté Wikwemikong Tourism

Nicolas Haddad

Le gouvernement ontarien a annoncé accorder un crédit d’impôt pour le tourisme intraprovincial en 2021. Il remboursera jusqu’à 20 % de certaines dépenses liées au tourisme local pour que les Ontariens puissent explorer leur province en toute sécurité.

C’est une des nouvelles dépenses présentées par le gouvernement de Doug Ford dans le cadre de son budget déposé jeudi afin de soutenir les Ontariens et les entreprises durant la pandémie.

Tout ce secteur du tourisme, l’hôtellerie, la restauration... c'est le secteur qui a été le plus touché par la COVID, indique le Dr Frédéric Dimanche, un expert en tourisme basé à Toronto.

Quelle que soit l’aide portée par le gouvernement, c’est une très bonne nouvelle. On est dans un secteur où on en a diablement besoin.

Une citation de :Dr Frédéric Dimanche, directeur de l'école de tourisme Ted Rogers de l'Université Ryerson

Selon l’Association de l'industrie touristique de l’Ontario (TIAO), les entreprises œuvrant dans ce secteur ont vu leurs revenus chuter en moyenne de 69 % pendant la pandémie.

Le ministre est en chambre et parle avec animation.

Le ministre des Finances Rod Phillips présente le budget de l'Ontario à Queen's Park.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

En présentant son budget, jeudi, le gouvernement ontarien a annoncé que 150 millions de dollars seraient mis de côté afin d'accorder un crédit d'impôt aux Ontariens pour un maximum de 20 % de certaines dépenses touristiques admissibles effectuées en Ontario.

Le ministre des Finances Rod Phillips a confirmé que les dépenses admissibles seraient déterminées à la suite d’une série de consultations avec des membres de l'industrie du tourisme.

Il a par ailleurs précisé que la mise en place de cette initiative n'a pas encore été déterminée en raison de l’actuelle deuxième vague de COVID-19 en Ontario.

Le secteur touristique a besoin d'aide

Des grappes de raisins sont protégées par des filets dans un vignoble ontarien.

La péninsule du Niagara, le comté du Prince Édouard, et la rive nord du Lac Érié sont les trois centres de la production des vins en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Le président de l’Association des viticulteurs de l’Ontario, Aaron Dobbin, espère que le gouvernement pourra finaliser les détails d’ici le début de l’année 2021.

Si on pouvait attirer plus de visiteurs que d’habitude en hiver, cela aidera vraiment les établissements vinicoles qui dépendent des ventes au vignoble, indique-t-il.

Ce ne sera pas un hiver facile pour eux. Ce gouvernement a été très favorable à l'achat local, et je pense que c’est une bonne prochaine étape à l'appui des entreprises ontariennes.

Une citation de :Aaron Dobbin, président et PDG, Association des viticulteurs de l’Ontario

Selon M. Dobbin, de nombreux vins locaux ne sont pas vendus dans les succursales de la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO). De plus, les restaurants achètent moins de vin qu’à l’habitude et le vin ontarien s'exporte peu en ce moment.

Il dit que les ventes de vin au vignoble rapportent la plus grande marge de profits aux viticulteurs ontariens, et dans certains cas, ce seront les seules ventes qu’ils effectueront cette année.

Trois personnes portant un masque font le signe de la victoire en se prenant en photo avec un cellulaire devant un arc-en-ciel.

Des touristes prennent un égoportrait devant les chutes Niagara, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Le soutien du gouvernement en ce qui concerne ce crédit d'impôt est un formidable facteur de motivation pour les voyageurs, estime de son côté la présidente de Tourisme Niagara, Janice Thompson.

En temps normal, nous recevons 25 % de nos 14 millions de visiteurs des États-Unis, et 10 % viennent d'outre-mer, précise-t-elle. Les dépenses des Américains et des visiteurs de l’étranger sont plus élevées que celles des visiteurs locaux.

Elle estime toutefois qu’il y a des avantages au tourisme intraprovincial, ne serait-ce que le dynamisme d'avoir des visiteurs ici qui stimuleront l’économie locale, et qui feront ensuite la promotion de la région du Niagara grâce au bouche-à-oreille.

Le crédit d'impôt fera-t-il une grande différence?

Frédéric Dimanche, dans un couloir avec des étudiants assis à des tables en arrière-plan

Frédéric Dimanche, directeur de l'École de Tourisme de l'Université Ryerson

Photo : Radio-Canada

Selon M. Dimanche, les touristes ontariens ne remplaceront pas les touristes venus d’ailleurs.

C’est sûr que ce trou-là, les ontariens ne vont pas être capables de le combler, ce n'est pas possible, d'autant plus qu'on sait qu'un touriste international va rester plus longtemps et va dépenser plus d'argent qu'un touriste local qui va aller passer le week-end, explique le directeur de l'école de tourisme Ted Rogers de l'Université Ryerson.

Il souligne aussi que ceux qui visiteront la province proviennent surtout des grandes villes du sud de la province.

L'hôtel Gladstone de Toronto

L'hôtel Gladstone de Toronto

Photo : Google Street View

Ces mesures-là ne vont pas vraiment favoriser les entreprises dans le centre-ville de Toronto, qui certainement en ont besoin, d'autant plus que ce sont des entreprises dont les coûts fixes sont énormes, précise-t-il, en ajoutant qu’il estime que le secteur continuera de souffrir pendant encore trois ou quatre ans.

Les coûts de location pour avoir un restaurant ou faire fonctionner un hôtel au centre-ville de Toronto, c'est énorme, et les quelques chambres qui seront louées peut-être pendant une nuit, deux nuits, ou un week-end pour un client, ce ne sera pas assez.

À Toronto, le taux d’occupation des hôtels se situe entre 5 % et 10 % au centre-ville et près de l’aéroport Pearson, selon l’Association des hôtels du Grand Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !