•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sonya Marie-Pierre Labrie, le verre soufflé comme sport

Pour l'artiste vancouvéroise Sonya Marie-Pierre Labrie, créer des oeuvres en verre soufflé est un véritable sport. Le travail physique, la concentration et la discipline sont nécessaires pour réaliser des pièces colorées avec du verre chauffé à plus de 1000 degrés.

Femme qui souffle le verre dans son atelier.

Sonya Marie-Pierre Labrie, à l'oeuvre dans son atelier,

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Ce n'est pas un art facile, c'est très physique.

Diplômée du Collège Sheridan, en Ontario, Sonya Marie-Pierre Labrie utilise toutes les techniques à sa disposition pour parfaire son art qui engage tout son esprit et son corps.

Son approche avec le verre diffère de celle d'autres artistes de cette discipline qui, généralement, se concentrent sur une seule technique. Pour sa part, elle navigue entre le verre soufflé, le verre moulé et le travail avec chalumeau.

La dextérité, le façonnage, la composition, alliés au soufflage avec la lourde canne de verrier donnent à chaque pièce son caractère unique.

Exemples de verres colorés sur une table.

Comme dans ses tableaux, les couleurs des œuvres de Sonya Marie-Pierre Labrie jouent ensemble.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Bijoux, objets utilitaires et sculptures prennent ainsi forme entre ses mains.

Également peintre, elle conçoit ses œuvres de verre soufflé comme des tableaux, en ajoutant des formes, des couleurs et des textures.

Ce qui me fascine, c’est que, contrairement à mes tableaux, il y a bien sûr la couleur, mais aussi, la lumière qui joue avec la couleur. Et, puisque l'œuvre est en 3D, elle change constamment.

Dans ses créations, elle explore le concept du visible et de l’invisible, ce qui est tangible et ce qui fait appel au souvenir ancré dans la mémoire.

Sonya Marie-Pierre Labrie se tient devant un four pour souffler le verre.

Sonya Marie-Pierre Labrie dans son atelier de verre à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Elle invite d'ailleurs les observateurs à puiser dans leurs propres souvenirs et émotions en regardant ses oeuvres. Car, souligne-t-elle, chaque histoire personnelle confère une interprétation unique et intimiste aux objets imaginés dans son atelier.

Portail de L'atelier culturel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.