•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles municipalités se dotent de voitures électriques en autopartage

Une voiture électrique est rechargée.

Les véhicules électriques, déjà utilisés par les employés municipaux, seront accessibles aux citoyens au printemps 2021(archives).

Photo : Radio-Canada

Dix véhicules électriques acquis par des municipalités et la Régie intermunicipale de transports Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM) pourront bientôt être utilisés par le grand public.

Carleton-sur-Mer, Chandler, Gaspé, Grande-Rivière, Maria et les Îles-de-la-Madeleine prennent part au Projet de transport collectif intelligent et transport électrifié (TCiTé) mené par la RÉGÎM. Il s’agit de la suite du projet d’autopartage de véhicules électriques intitulé SAUVéR, déjà présent dans plusieurs municipalités.

La réalisation du projet s’articule autour de l’achat de 10 véhicules électriques et de l'installation de 9 bornes de recharge venant s’ajouter aux 18 déjà existantes. L’initiative vise à favoriser le partage de voitures, optimiser l’utilisation des véhicules municipaux ainsi qu’à encourager les transports en commun et la réduction des gaz à effet de serre.

Dès le printemps prochain, les véhicules électriques achetés par les municipalités pourront être utilisés par les citoyens les soirs et les fins de semaine.

Le projet permettra de mettre en autopartage les dix véhicules qui serviront d’abord aux employés municipaux dans l’exercice de leurs fonctions, mais qui seront aussi rendus disponibles en dehors des heures d’utilisation municipale à travers une plateforme transactionnelle simple et efficace, explique le président de la RÉGÎM, Daniel Côté.

L’objectif global du projet consiste à mettre en place des carrefours où les utilisateurs auront accès dans un même lieu aux véhicules électriques en autopartage, aux bornes de recharge, mais également aux arrêts d’autobus de la RÉGÎM et à des équipements facilitant les transports actifs comme le vélo.

Des bornes électriques sont installées à proximité d'un arrêt d'autobus et d'un support à vélos.

La Ville de Carleton-sur-Mer dispose déjà de deux véhicules électriques et de plusieurs bornes électriques dans le stationnement de l'hôtel de ville, à proximité d'un arrêt d'autobus de la RÉGÎM et d'un support à vélos.

Photo : Ville de Carleton-sur-Mer

À plus long terme, ces voitures pourraient également être utilisées pour offrir des services de voiturage, un concept popularisé mondialement par Uber, dans les endroits non desservis par des compagnies de taxi. Les gens pourraient s’inscrire comme conducteur et offrir des disponibilités de transport , indique la directrice de la RÉGÎM, Marie-André Pichette.

Mme Pichette précise que des compagnies de taxi pourraient aussi bénéficier des véhicules électriques municipaux. Certaines prennent déjà part aux discussions avec la Régie intermunicipale de transports Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

La RÉGIM sera responsable de la plateforme virtuelle où les citoyens pourront réserver une plage horaire pour utiliser un véhicule électrique.

On veut permettre, par exemple, qu’un client qui utilise le transport par autobus de la RÉGÎM puisse débarquer à l'hôtel de ville et avoir accès à une voiture électrique en autopartage pour atteindre une destination qui ne fait pas partie de notre circuit de transport, indique la directrice de la Régie.

Parallèlement, la Régie intermunicipale de transport de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine travaille également à l'électrification de sa flotte d'autobus.

Une première voiture électrique à Grande-Rivière

Alors que certaines municipalités comme Carleton-sur-Mer et les Îles-de-la-Madeleine avaient déjà fait l’acquisition de voitures électriques dans le cadre du projet SAUVéR au cours des dernières années, certaines joignent tout juste le mouvement.

C’est le cas de la Ville de Grande-Rivière, qui vient de procéder à l'achat de son premier véhicule électrique dans le cadre du projet TCiTé. Une borne électrique sera bientôt installée à l'hôtel de ville.

Une voiture électrique avec le logo de Grande-Rivière.

La voiture électrique a été lettrée aux couleurs de la Ville de Grande-Rivière.

Photo : Ville de Grande-Rivière

On n’a pas nécessairement les moyens d’une grande municipalité, mais ça démontre que malgré tout on adhère au développement durable et qu’on a une préoccupation en ce qui concerne la réduction des gaz à effet de serre, affirme le maire, Gino Cyr.

Le projet TCiTé, dont le coût s’élève à 980 327 $, est financé à la hauteur de 490 150 $ par Ottawa, par l'entremise du Fonds municipal vert géré par la Fédération canadienne des municipalités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !