•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée canadien pour les droits de la personne sur le chemin de la réhabilitation

Le Musée canadien pour les droits de la personne.

Le Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Musée canadien pour les droits de la personne (MDCP) affirme qu’il mettra en place des changements majeurs pour rebâtir l’institution, plongée dans la tourmente après des allégations de racisme et de harcèlement sexuel faites par de nombreux employés actuels et anciens en juin dernier.

Dans un communiqué publié jeudi, la nouvelle présidente-directrice générale du MCDP, Isha Khan, a rendu public un plan-cadre visant à créer un lieu de travail sûr, respectueux et sain.

Le Musée s’engage à mettre en oeuvre 80 stratégies pour atteindre 5 résultats qui ont fait l'objet de discussions avec les membres du personnel et de consultations avec des organisations communautaires.

Les résultats souhaités :

  1. Écouter et prendre en compte des perspectives diverses.
  2. Cultiver une compréhension approfondie des principes des droits de la personne.
  3. Se respecter et s’apprécier mutuellement dans notre lieu de travail.
  4. Veiller à ce que les relations avec notre communauté soient constructives et significatives.
  5. Faire preuve de respect pour les expériences vécues par les autres dans notre façon de nous intéresser à leurs histoires et de les raconter.

Certaines pratiques contestées seront abolies. Ainsi, on ne verra plus au Musée des employés non autochtones faire une démonstration de l’exercice de la couverture autochtone, une activité destinée à éduquer le public sur les effets de la colonisation. Des expositions qui ne montrent pas suffisamment de diversité seront également modifiées.

Le plan se concentre sur la réparation des dommages causés à la communauté LGBT, s’attaque au racisme systémique et entend améliorer la gestion du harcèlement au travail.

Notre approche doit s’attaquer au racisme et à la discrimination systémiques sur notre lieu de travail de manière conséquente. Ce travail ne peut pas être une façade. Il faudra un effort soutenu au fil du temps, affirme Isha Khan dans le communiqué de presse.

Isha Khan est entrée en poste en août. Elle a remplacé à ce poste John Young, qui a démissionné en juin, dans la foulée des allégations de racisme, d’homophobie et de harcèlement sexuel qui secouaient l’établissement fédéral depuis quelques mois.

Elle affirme dans le communiqué que le Musée a travaillé dur pour remettre en question ses systèmes et sa façon de travailler.

Le document publié aujourd’hui répond aux recommandations contenues dans le rapport de la première phase d’un examen externe indépendant portant sur les plaintes de membres du personnel, anciens et actuels, concernant des problèmes systémiques sur le lieu de travail du Musée, précise le MCDP.

Le rapport sur la première phase a été publié en août. La deuxième phase de cet examen est en cours.

Des excuses à venir

Le MCDP indique que les employés des ressources humaines auront une formation sur la gestion des plaintes du personnel portant sur le harcèlement sexuel. Tous les employés seront sensibilisés aux notions de biais inconscients dans les enquêtes sur le harcèlement et devront rapporter aux ressources humaines tout cas de harcèlement sexuel.

Le Musée s'engage aussi à revoir les mécanismes de plaintes pour identifier les comportements associés à des formes de discrimination et de harcèlement.

Le Musée s’engage entre autres à avoir des politiques d’embauches qui favorisent la diversité et à prioriser le recrutement de membres des communautés LGBT, des personnes autochtones, noires et de couleur pour des postes de niveau supérieur.

Le MCDP indique qu’il émettra des excuses éloquentes envers les Noirs et les Autochtones, et qu’elles comprendront des mesures de remédiation aux préjudices financiers qui auront été démontrés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !