•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La course au Sénat américain pourrait durer jusqu'en janvier

La majorité au Sénat pourrait être départagée l'an prochain.

Des partisans attendant à un rassemblement de Donald Trump en Georgie.

Cette course au Sénat devra composer avec un second tour, en Georgie, prévu le 5 janvier pour remplacer un poste vacant de sénateur.

Photo : Reuters / BRANDON BELL

Radio-Canada

Alors que les résultats se font attendre dans plusieurs États pour déterminer le futur président américain, la couleur du Sénat pourrait n’être connue que le 5 janvier. C'est en effet à cette date qu'est prévu un second tour en Georgie, une particularité électorale qui pourrait faire basculer la majorité politique de la Chambre haute.

Dans la course au Sénat, chaque siège compte. En Georgie, deux sont en jeu. Selon la loi électorale de cet État, chaque parti présente plusieurs candidats pour remplacer un siège vacant. Un candidat doit recevoir plus de 50 % des voix pour éviter un second tour.

Si aucun n'obtient plus de 50 % des voix au premier tour, les deux candidats arrivant en tête sont départagés lors d'un deuxième vote.

C’est donc le 5 janvier 2021, date prévue du second tour, que l’on pourra connaître l’épilogue de cette deuxième course où s’affrontent la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler et le démocrate Raphael Warnock, un révérend baptiste afro-américain. Au premier tour, ce dernier arrivait largement en tête devant Kelly Loeffler avec 32,8 % des voix, contre 26 %, jeudi soir.

Quant au premier siège de sénateur, il fait toujours l’objet d’une course serrée entre le républicain sortant, David Perdue, qui devance son rival démocrate Jon Ossoff de près de deux points de pourcentage, selon une tendance qui se maintient au fil du dépouillement.

Jeudi soir, après que 98 % des votes ont été comptabilisés, David Perdue gagnait une avance de 107 782 bulletins sur Jon Ossoff, un journaliste d'investigation et directeur de presse. Là encore, aucun des deux candidats n'atteignait le seuil de 50 % des voix.

Une élection disputée de haute lutte

On a fait un boulot fantastique avec le Sénat! a commenté Donald Trump, jeudi, lors d'un point de presse à la Maison-Blanche. Les républicains disposent désormais de 48 sièges au Sénat contre 47 pour les démocrates mais tous les bulletins n'ont pas encore été dépouillés.

L'enjeu est de taille : le Sénat autorise la ratification des traités par le président, il valide aussi les nominations de nombreux hauts fonctionnaires et juges. Les républicains en ont le contrôle depuis six ans, mais ils ont 23 sénateurs sortants parmi les 35 sièges remis en jeu, ce qui met en danger leur courte majorité.

Les démocrates, qui doivent ravir trois sièges aux républicains pour obtenir une majorité au Sénat, ont déjà évincé les sénateurs républicains Martha McSally de l'Arizona et Cory Gardner du Colorado lors de l'élection de mardi.

Mais avec la perte du sénateur démocrate Doug Jones en Alabama, leur gain net ne représente, pour le moment, qu'un seul siège.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !