•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec assouplit les règles dans les CPE et garderies

Les parents pourront à nouveau entrer dans les services de garde pour déposer et récupérer leur enfant.

Des enfants tiennent des jouets.

En raison d'un faible nombre de contaminations au sein des services de garde, le gouvernement Legault va revoir certaines règles.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Une vie presque normale reprend petit à petit son cours dans les centres de la petite enfance (CPE), les garderies et les milieux familiaux du Québec.

Le gouvernement Legault a décidé d'assouplir et de revoir certaines règles au sein de son réseau de services de garde, sur les recommandations de l'Institut national de santé publique (INSPQ). Ces différentes mesures seront communiquées dans les prochains jours à l'ensemble du réseau par le ministère de la Famille, selon les informations obtenues par Radio-Canada.

Concrètement, de plus en plus de contacts entre les jeunes enfants vont être autorisés officiellement, bien que dans les faits, il était difficile pour de nombreux établissements de maintenir tout au long de la journée des groupes-bulles.

La formation de groupes élargis va être possible, au moment des arrivées et des départs, selon les nouvelles recommandations (Nouvelle fenêtre) que vient de formuler l'INSPQ. Ainsi, deux groupes et leurs éducatrices pourront se réunir, pour un maximum idéalement de 15 enfants.

Dans la mesure du possible, cette disposition doit cependant être évitée durant la journée, mais elle n'est pas interdite.

La distanciation physique entre enfants n'est pas exigée.

Les éducatrices – qui ne devraient pas passer d'un groupe à l'autre, selon l'INSPQ – devront tenir à jour un registre mentionnant le nom des personnes formant ces groupes, afin de faciliter le traçage, le cas échéant.

Aide financière de 50 M$

Afin d'aider ces services de garde en ces temps de pandémie, qui a contraint les établissements à réaliser de nombreuses dépenses supplémentaires, le ministère de la Famille va accorder un nouveau soutien financier de 50 M$. Cette somme est cependant inférieure aux demandes des services de garde. Le mois passé, les CPE chiffraient leurs besoins à près de 100 M$.

Entrée autorisée des parents

Avec l'arrivée des températures négatives, de la neige et des problèmes liés à l'habillage et au déshabillage des enfants avec leur combinaison, Québec revoit également les procédures d'entrée et de sortie.

Alors que l'entrée des parents dans les locaux n'était jusqu'alors pas recommandée, il leur sera désormais permis d'y pénétrer, selon certaines règles.

  • Les parents devront limiter à 10 minutes leur temps de présence;
  • ils devront porter un masque ou un couvre-visage et respecter une distanciation de 2 mètres;
  • un parcours avec signalisation favorisant la distanciation lors des déplacements devra être mis en place;
  • l'établissement devra s'assurer d'avoir un système de ventilation en marche ou ouvrir les fenêtres au moins 15 minutes, trois fois par jour.

Aucune limite quant au nombre de parents présents en même temps dans ces établissements n'est précisée. L'INSPQ demande simplement de limiter le nombre de parents/fratrie à l’intérieur du service de garde en même temps en fonction de l’espace physique disponible.

Jusqu'à présent, selon les possibilités de chaque service de garde, les éducatrices devaient s'occuper d'accompagner les enfants jusqu'à la porte des locaux, mais cette procédure était critiquée par plusieurs établissements en raison du manque de personnel disponible.

Nous sommes conscients que les services de garde doivent s'adapter avec l'arrivée de l'hiver, indique Antoine de la Durantaye, porte-parole du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Cet assouplissement des règles s'explique aussi par le faible nombre de cas de COVID-19 déclarés dans les CPE, garderies et milieux familiaux depuis le début de la pandémie.

Au 5 novembre, 499 cas positifs ont été répertoriés dans 310 établissements (254 enfants et 245 employés), selon les chiffres fournis par Québec.

Impossible cependant de connaître l'identité des installations touchées. Le ministère de la Famille a décidé de ne pas réaliser une telle liste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !