•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intégrer les Autochtones à la pêche commerciale pour régler le conflit, dit LeBlanc

Dominic LeBlanc.

Le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, estime qu'une meilleure intégration des Autochtones à la pêche commerciale est un moyen de résoudre le conflit des pêches en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La solution au conflit entre pêcheurs en Nouvelle-Écosse repose en grande partie sur une meilleure intégration des Autochtones à la pêche commerciale réglementée, selon le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales et ancien ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc.

Il faut travailler avec les communautés autochtones. Idéalement, on peut les intégrer dans les saisons commerciales en cours présentement.

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et ancien ministre des Pêches et des Océans

Les Micmacs de Nouvelle-Écosse disent vouloir gérer eux-mêmes leur droit de pêche de subsistance reconnu en 1999 avec l’arrêt Marshall, une décision de la Cour suprême du Canada.

Des dizaines d'hommes manifestent sur une route.

Des pêcheurs commerciaux manifestent, le matin du 21 septembre, devant la maison d’un homme d’affaires en Nouvelle-Écosse qui, selon eux, achète du homard pêché par les Autochtones. Les pêcheurs commerciaux réclament un encadrement plus rigoureux de la pêche de subsistance des Autochtones.

Photo : CBC/Taryn Grant

Le ministre estime qu’avec une bonne volonté de la part de tous les intervenants, il est possible de mieux intégrer les pêcheurs micmacs de Nouvelle-Écosse à la pêche commerciale réglementée.

Je suis tout à fait convaincu qu’on peut convenablement et d’une façon parfaitement appropriée intégrer plus de pêche autochtone dans les pêches commerciales. Et en faisant ça, on ne va pas du tout limiter la responsabilité du fédéral en ce qui a trait à la conservation.

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementale et ancien ministre des Pêches et des Océans du Canada

Les tensions actuelles ne doivent pas faire oublier les succès de l’intégration de communautés autochtones à la pêche commerciale depuis la décision Marshall, souligne Dominic LeBlanc. Il donne quelques exemples au Nouveau-Brunswick.

À Elsipogtog par exemple, dans le comté de Kent, il y a énormément de pêche commerciale, 70 permis de homard, plusieurs permis de crabe des neiges. L'intégration des Autochtones à la pêche commerciale à côté des pêcheurs non autochtones a été un grand succès. Elsipogtog a acheté une usine de transformation dans la région de Tracadie. Ils ont cette année acheté le Richibucto River Resort avec leurs propres fonds dans le comté de Kent, affirme le ministre LeBlanc.

L’année dernière, les entreprises de pêche commerciale autochtone ont généré 165 millions de dollars de revenus rapportés.

Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et ancien ministre des Pêches et des Océans du Canada
Une foule sur le quai.

Des policiers devant des membres de la communauté micmaque de Sipekne’katik et ceux qui sont venus les appuyer, le 20 septembre 2020 au quai de Saulnierville, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

De vives tensions

La pêche de subsistance modérée lancée cet automne par certaines de leur communautés suscite une vive opposition de la part de pêcheurs non autochtones, parce qu’elle a lieu hors des saisons de pêche réglementée. Ces derniers craignent aussi qu’elle ne nuise à la conservation du homard.

D’importantes manifestations de pêcheurs non autochtones ont eu lieu sur mer et sur terre en Nouvelle-Écosse. Des gens qui appuient les revendications des Autochtones ont aussi manifesté, notamment à Halifax et à Fredericton.

Un bateau de pêche autochtone, un véhicule d'un pêcheur autochtone et un entrepôt à homard dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse ont été détruits par des incendies.

Le gouvernement fédéral a récemment nommé Allister Surette médiateur pour tenter de désamorcer les tensions entre groupes de pêcheurs en Nouvelle-Écosse. Les autorités fédérales, ajoute Dominic LeBlanc, espèrent que les négociations en cours mèneront à une solution acceptable pour tous les intervenants.

Nous avons l’intention de travailler avec M. Surette, qui a été nommé, mais aussi avec les pêcheurs non autochtones comme les collectivités autochtones afin de voir la meilleure façon d’intégrer plus de pêche autochtone, mais dans une pêche qui est quand même réglementée et qui suit les règles de conservation. C’est ça l’essentiel pour nous, conclut Dominic LeBlanc.

Avec les informations de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !