•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier sous la loupe des autorités britanniques pour corruption

Le logo de Bombardier sur une usine d'assemblage située à Montréal

Bombardier a indiqué qu'aucune accusation n'avait été portée à son endroit « ni contre aucun de ses officiers » dans le cadre des procédures qui se sont déroulées en Indonésie.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

Bombardier se retrouve sous la loupe des autorités britanniques, qui enquêtent sur des allégations de corruption ainsi que de pots-de-vin à propos de commandes effectuées dans le passé par Garuda Indonésie.

Le Serious Fraud Office a publié une déclaration à cet effet, jeudi, et l'entreprise québécoise en a fait mention dans son rapport sur ses résultats financiers du troisième trimestre.

À part la confirmation d'une enquête, l'agence gouvernementale n'a pas offert d'autres commentaires et n'a pas expliqué pourquoi elle se penchait sur des gestes qui auraient été posés à l'extérieur de son territoire. Aucune allégation n'a été prouvée.

En mai, un tribunal indonésien avait condamné l'ex-patron de Garuda Indonesia et un autre individu pour corruption, ainsi que pour blanchiment d'argent, à propos de malversations concernant cinq contrats, dont un pour l'achat et la location de CRJ1000 de Bombardier au début de la décennie.

Dans son rapport trimestriel, Bombardier a indiqué qu'aucune accusation n'avait été portée à son endroit ni contre aucun de ses officiers dans le cadre des procédures qui se sont déroulées en Indonésie. Une enquête interne menée par des procureurs externes est toujours en cour.

L'agence britannique se présente comme responsable des enquêtes en matière de fraude et de corruption lorsque les montants concernés sont supérieurs à un million de livres sterling. Au début de la décennie, Bombardier exploitait des usines à Belfast, en Irlande du Nord, qui viennent de passer dans le giron de la société américaine Spirit Aerosystem.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !