•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépouillement des votes : trois tribunaux rejettent les prétentions de Trump

La campagne Trump conteste en cour les résultats en Pennsylvanie, au Michigan, en Georgie et au Nevada.

Le président Donald Trump, de profil.

Le président Donald Trump compte sur les tribunaux pour remporter l'élection.

Photo : Reuters / JIM BOURG

Alors que le président Trump et certains de ses alliés crient sans preuve à la fraude électorale et réclament la fin du dépouillement, trois tribunaux dans des États clés lui ont coup sur coup infligé un revers. Donald Trump, lui, continue de se proclamer vainqueur.

Il est toujours possible que le président franchisse le seuil des 270 grands électeurs nécessaire à sa réélection. Mais, avec un chemin vers un second mandat de plus en plus ténu, la campagne de Donald Trump a élargi les fronts de sa bataille devant les tribunaux.

Devant la perspective de la défaite, le président et ses alliés ont déposé plusieurs accusations de fraude électorale, sans toutefois fournir aucune preuve.

La campagne Trump a même publié un communiqué de presse, tout en majuscules, qui a attaqué l'intégrité du processus électoral, et dont le ton et le style ressemblaient à s'y méprendre à ceux des tweets du président.

SI VOUS COMPTEZ LES VOTES LÉGAUX, JE GAGNE FACILEMENT L'ÉLECTION! SI VOUS COMPTEZ LES VOTES ILLÉGAUX ET TARDIFS, ILS PEUVENT NOUS VOLER L'ÉLECTION!

Donald Trump, dans un communiqué de sa campagne de réélection

Après la Pennsylvanie, le Michigan et la Georgie, les avocats du président sortant ont ajouté, jeudi, le Nevada à leurs champs de bataille judiciaires, et lui-même a brandi la menace de recours additionnels.

De façon générale, leurs requêtes ont pour objectif de faire cesser le dépouillement ou contestent la façon dont ce dernier se déroule.

Si les recours de M. Trump ne sont pas épuisés, ses arguments n'ont pour l'instant pas convaincu les tribunaux.

Au cours des dernières heures, Donald Trump a encaissé trois revers judiciaires, notamment au Michigan, où Joe Biden a déjà été reconnu gagnant. Un juge a rejeté sa demande visant à suspendre le comptage et obtenir un plus grand accès au processus de tabulation des résultats.

Le président a perdu deux autres recours, en Pennsylvanie et en Georgie, où son avance a fondu avec le comptage des bulletins de vote postaux, qui favorisent largement son rival démocrate.

Multiples fronts en Pennsylvanie

En Pennsylvanie, la Cour suprême de l'État a infirmé la décision d'un tribunal inférieur qui avait tranché en faveur du camp Trump. Celui-ci voulait que ses observateurs puissent surveiller le dépouillement de plus près à Philadelphie.

En début de soirée, un juge fédéral a rejeté une autre requête des avocats de Donald Trump pour suspendre le comptage des voix à Philadelphie. Ceux-ci alléguaient qu'ils n'avaient pas un accès suffisant au dépouillement. Les deux parties se sont finalement entendues sur la présence d'un nombre fixe d'observateurs des camps républicain et démocrate.

Un tribunal du même État a en outre suspendu jusqu'à vendredi le comptage d'environ 29 000 bulletins de vote, initialement envoyés par un sous-traitant avec des informations erronées dans le comté d'Allegheny.

Un autre recours, qui n'a pas encore été tranché, vise à rejeter les bulletins de vote postal portant le cachet de la poste en date du 3 novembre, mais arrivés après 20 h.

Plusieurs États ont mis en place ou élargi le vote postal dans la foulée de la pandémie.

Pour parer à d'éventuels retards dans la livraison des bulletins de vote postal, la Pennsylvanie avait décidé de laisser aux électeurs une période de grâce de trois jours, ce que le camp républicain avait déjà contesté sans succès devant la Cour suprême avant le jour du scrutin.

En Georgie, les avocats de Donald Trump ont allégué, sans présenter de preuve, que des bulletins de vote arrivés dans le comté de Chatham après l'échéance de 19 h, lundi soir, pourraient avoir été mélangés avec des bulletins valides.

Dans la matinée, le camp Trump a par ailleurs ouvert un quatrième front judiciaire au Nevada, où il est à la traîne.

Au cours d'une conférence de presse, son équipe de réélection a affirmé, toujours sans donner aucune preuve, que 10 000 personnes n'habitant plus au Nevada avaient voté dans l'État. Elle a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Le Nevada fait partie de la poignée d'États où la course présidentielle, très serrée, est toujours en suspens.

Les républicains réclament par ailleurs un recomptage au Wisconsin, également remporté par le candidat démocrate.

Tweets en série

Resté loin des caméras depuis son discours de victoire de dans la nuit de mercredi, Donald Trump a exprimé sa frustration dans une série de messages sur Twitter, souvent en majuscules.

Tout vote arrivé après le jour de l'élection ne sera pas compté!, a-t-il tonné.

Comme prévu, le comptage des bulletins de vote postal a amélioré la performance démocrate. Les sondages et les données montraient que les électeurs démocrates, plus préoccupés par les risques de la COVID-19, seraient beaucoup plus nombreux que les républicains à poster leur bulletin de vote.

Ironiquement, Donald Trump et ses alliés réclament la poursuite du dépouillement dans les États clés où son rival est en avance, comme le Nevada et l'Arizona, mais exigent qu'il cesse dans les États où lui-même menait avant le comptage des bulletins de vote par correspondance, soit la Georgie, le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie.

À en croire ses tweets, d'autres recours judiciaires pourraient s'ajouter à ceux déjà déposés.

Nous contesterons en cour tous les États récemment revendiqués par Biden sur la base de fraudes électorales et de fraudes dans le processus électoral des États.

Donald Trump

Cela pourrait signifier que le Wisconsin et l'Arizona s'ajouteront eux aussi à la liste, mais il reste à voir si cela se concrétisera.

NOUS GAGNERONS!, a affirmé Donald Trump, même si Joe Biden semble frapper à la porte de la Maison-Blanche. Selon les projections de la majorité des grands médias, le démocrate a obtenu 253 grands électeurs, davantage que les 214 de Donald Trump.

Ce que la campagne Trump associe à un mouvement de fraude est en fait la suite du dépouillement des urnes, un processus habituel que les États ne terminent jamais le soir même de l'élection. Aucune irrégularité majeure n'a été rapportée.

En quelques heures, Twitter a d'ailleurs accolé l'étiquette de contenu contesté et potentiellement trompeur à trois tweets du président Trump.

Le soir de l’élection, il avait clamé victoire et menacé de se tourner au besoin vers la Cour suprême.

Avec les informations de Reuters, et The Atlanta Journal-Constitution

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !