•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masse salariale à Saguenay : la continuité n’est pas une option pour Michel Potvin

La façade de l'hôtel de ville de Saguenay en automne.

L'hôtel de ville de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Le conseiller municipal et président du comité des finances, Michel Potvin, est d’avis que le statu quo entourant la masse salariale à Saguenay n’est pas envisageable.

La continuité, pour nous autres, ça ne peut pas tenir. Soit on peut retirer des activités ou y aller par attrition. Je ne dis pas que les gens ne sont pas nécessaires, mais un moment donné, la masse salariale, c’est le plus gros item de Ville de Saguenay. Maintenant, il y aura des choix à faire. C’est impossible de tenir cet élément , affirme le grand argentier de Saguenay.

Il a réagi à l’émission C’est jamais pareil à l’étude menée par HEC Montréal qui porte sur la rémunération des employés municipaux de différentes villes du Québec. L’étude indique que le salaire annuel moyen des employés municipaux de Saguenay est de 105 472 $.

Le conseiller rappelle l’importance d’être prudent face à une telle étude. Il ajoute que les salaires des cadres et des contremaîtres (139 979 $) et les policiers font monter la moyenne. En revanche, le salaire annuel moyen des cols blancs est de 85 015 $ et celui des cols bleus est un peu plus élevé, soit 88 491 $.

Les dépenses de rémunération sont un enjeu considérable pour la ville alors qu’elles représentent 42 % des dépenses. La masse salariale augmente, chaque année, d’environ 3,5 millions de dollars.

Michel Potvin est d’avis que la situation doit changer. Ainsi, des décisions doivent être prises aussi rapidement que l’an prochain. Il croit que la prochaine campagne électorale serait une bonne occasion pour se pencher sur la question.

Il y a différentes options. Je ne veux mettre personne dehors, mais il reste que les chiffres parlent. À la Ville de Saguenay, la continuité n’est pas une option. Il faudra qu’en campagne électorale les gens disent les vraies affaires. Il faut trouver d’autres éléments pour ça

Michel Potvin

Le conseiller municipal convient que cela doit être géré de manière responsable, en collaboration avec les gens . Chose certaine, la diminution des salaires n’est pas envisagée.

Selon Michel Potvin, la faible croissance des revenus découlant de la construction de nouvelles résidences et entreprises n’aide pas. Saguenay est, parmi les villes analysées, celle qui présente la plus faible croissance, soit entre 1 et 1,5 million de dollars par an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !