•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ralentissement à la traverse de Tadoussac remet le projet de pont sur la table

Un traversier sur l'eau, au soleil couchant.

Un seul traversier fait la liaison entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac depuis le 27 octobre. Les départs se font aux 40 minutes (archives).

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Radio-Canada

La Société du pont sur le Saguenay martèle à nouveau l'importance de construire un pont entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine. Depuis plus d'une semaine, l’arrêt de service du traversier Jos-Deschênes II en raison d’un bris mécanique ralentit le service de transport entre les deux rives à l'embouchure de la rivière Saguenay.

Un seul navire effectue la traversée Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine depuis mercredi dernier.

Le président de la Société du pont sur le Saguenay, Marc Gilbert, rappelle que selon lui, un pont est la solution pour éviter de telles contraintes. Il souligne que le projet a été favorablement accueilli par Québec. Un appel d’offres pour réaliser la mise à jour des études sur la construction du pont a d’ailleurs été lancé en juillet.

« Le nouveau gouvernement a accepté l'idée de mettre le pont dans le nouveau corridor économique Québec–Terre-Neuve, avec le prolongement de la route 138. Ils sont intéressés de savoir si c'est faisable au coût qu'on le présentait. »

Un meilleur service malgré les avaries

De son côté, le maire de Tadoussac, Charles Breton, est d’avis que malgré quelques ralentissements de service, le fonctionnement de la traverse s'est grandement amélioré depuis l'arrivée des deux nouveaux navires, en 2018.

Homme avec un béret gris et une barbe blanche devant la baie

Le maire de Tadoussac Charles Breton

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Il pense que les nouveaux navires sont toujours en période d'adaptation.

Ça dérange beaucoup de monde. C'est triste de voir que ces bateaux-là ne donnent pas leur plein rendement, mais c'est souvent ça des nouveaux équipements. Il y a une période de rodage, il y a des petits défauts qui se mettent à sortir.

La Société des traversiers du Québec (STQ) a refusé notre demande d'entrevue pour l’instant, ce que s'explique mal le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet.

Je ne sais pas pourquoi la STQ ne veut pas donner de commentaires, pourtant c'est assez simple, il y a un propulseur qui est brisé. Le bateau a été réparé. La STQ pourrait le remettre à l'eau, mais ils ne veulent pas tout de suite parce qu'ils veulent être certains que les réparations et l'investigation qui ont été faites ont réglé tous les problèmes.

La date de retour en service pour le Jos-Dêchesnes II est toujours inconnue.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !