•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre national des naufrages de Baie-Trinité pourrait renaître

Le Centre national de naufrages du Saint-Laurent à Baie-Trinité

Le Centre national des naufrages du Saint-Laurent à Baie-Trinité, fermé depuis 2015 (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Sous l’impulsion de la municipalité de Baie-Trinité, un nouvel organisme à but non lucratif (OBNL) va se pencher sur le démarrage d’un musée-auberge dans l’ancien presbytère et sur la relance du Centre national des naufrages, fermé depuis 2015.

Lors d’une séance publique mercredi, la Ville de Baie-Trinité a pu présenter le projet aux citoyens en plus de récolter les noms de volontaires. Ceux-ci pourraient bientôt former un comité provisoire, chargé de lancer ces deux projets distincts.

La Ville compte siéger au conseil d’administration de l’OBNL, mais seulement à titre d’observateur.

On veut redonner ça aux citoyens. Dans le passé, il y avait beaucoup d’ingérence dans les OBNL par la municipalité. On ne veut plus ça, car on est rendu ailleurs. On veut être là pour les aider, explique le directeur général de la Ville, Guy Bouchard.

Un musée-auberge

Selon M. Bouchard, le presbytère pourrait être transformé en musée sur l’histoire de Baie-Trinité et de ses pionniers, dans une perspective différente que le Centre national des naufrages.

Les six chambres du presbytère pourraient être mises à la disposition de l’organisme pour proposer des forfaits de nuitées touristiques. Les autres pièces du bâtiment historique pourraient servir d’ateliers aux artistes de la région.

M. Bouchard espère que le Centre national des naufrages et le presbytère seront opérationnels pour la prochaine saison estivale. Plusieurs tâches attendent toutefois les prochains membres de l’organisme, comme la réalisation d’un plan d’affaire, d’un plan financier et l’aménagement des lieux.

Pour redevenir opérationnel, le musée devra aussi récupérer plusieurs artéfacts qui s’y trouvaient avant sa fermeture en 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !