•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décriminalisation des drogues dures : la C.-B. va-t-elle suivre l'Oregon?

Un homme allongé sous une couverture dans le quartier du Downtown Eastside, à Vancouver.

Depuis le début de l’année, 1198 personnes ont succombé à une surdose en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Si l’Oregon entre dans l’histoire en devenant le premier État à dépénaliser la possession de drogues dures, la Colombie-Britannique, épicentre canadien de la crise des opioïdes, peine encore à faire entendre son message à Ottawa.

Parmi les questions sur le bulletin des électeurs de l'Oregon, mardi, figurait une question référendaire sur la décriminalisation de la possession en petite quantité d'un certain nombre de drogues dites dures, comme l'héroïne ou la méthamphétamine, pour usage personnel (Initiative 110 (Nouvelle fenêtre)). En fin d'après-midi, mercredi, une majorité des électeurs dont les votes avaient été comptés s'était prononcé pour cette mesure.

Entre-temps, la crise des opioïdes continue d’étendre son emprise en Colombie-Britannique. En juillet dernier, le premier ministre de la province, John Horgan, a demandé au gouvernement fédéral de décriminaliser la possession simple de drogues pour contrer la crise sanitaire.

Malgré le soutien de plusieurs experts et des autorités sanitaires de la province, Ottawa campe sur ses positions. C'est un sujet politique brûlant, selon Ryan McNeil, directeur de la recherche sur la réduction des méfaits, programme de médecine de la toxicomanie à l’Université de Yale, et ancien résident de Vancouver.

La crise des surdoses est un échec politique.

Ryan McNeil, directeur de la recherche sur la réduction des méfaits, Université de Yale

Nous savons, grâce à des décennies de recherche, que traiter la consommation de substances comme un problème de justice pénale est contre-productif, continue M. McNeil.

Une voiture de police dans une ruelle près d'un homme assis par terre.

Le quartier Downtown Eastside de Vancouver est connu pour sa population itinérante et son épidémie de surdoses.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Si l’expert approuve la décision prise par l’Oregon, il affirme être aujourd’hui préoccupé par le manque de décision claire de la part du gouvernement canadien sur ce sujet.

Le statu quo ne peut pas continuer. Et cela signifie qu'il faut utiliser tous les outils dont nous disposons, qui comprennent des réformes de justice pénale sensées et du bon sens comme la décriminalisation des drogues en garantissant son accessibilité aux personnes dans le besoin, explique M. McNeil.

Décriminaliser, mais pas seulement

Même opinion du côté du criminaliste et professeur à l'Université de la Vallée du Fraser Yvon Dandurand, qui qualifie de traditionnels et de complètement désuets les contrôles d'accès aux drogues en Colombie-Britannique.

On commence à comprendre que nos méthodes de contrôle des problèmes de toxicomanie n'ont probablement jamais fonctionné, dit le professeur.

Une seringue tenue dans une main sale.

En 2003, Vancouver a ouvert le tout premier centre d'injection supervisée en Amérique du Nord.

Photo : Shutterstock / ndede

Il explique toutefois que la décriminalisation des drogues doit également être accompagnée d’investissements plus poussés dans différents secteurs.

Décriminaliser aura peu d'impact sur les problèmes graves de santé mentale et de dépendance profonde à long terme.

Yvon Dandurand, criminaliste, professeur, Université de la Vallée du Fraser

Selon Yvon Dandurand, l'amélioration de l'accès à des services de santé pour toutes les personnes qui souffrent de dépendance ou qui ont des problèmes de santé mentale est primordiale dans la lutte contre cette crise sanitaire.

Une question de temps?

Médecin dans le tristement célèbre quartier Downtown Eastside de Vancouver, Derek Chang affirme que la province doit redoubler d'efforts en ce sens. Il raconte que plusieurs de ses patients ont peur de se faire aider par crainte de jugement ou de représailles des autorités.

Si Yvon Dandurand est persuadé que la décriminalisation des drogues au Canada n’est qu’une question de temps, le Dr Chang, quant à lui, espère que la province deviendra très bientôt un modèle pour la lutte contre les surdoses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !