•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le peu de cas de COVID-19 permet la reprise des passagers à bord du Tshiuetin

Un homme fume une cigarette à côté du train

Le train Tshiuetin a quitté Sept-Îles avec des passagers à son bord mercredi matin (archives).

Photo : Radio-Canada

Le train qui relie Sept-Îles et Schefferville a repris des passagers à son bord mercredi.

À la mi-octobre, les Innus de Matimekush-Lac John et les Naskapis de Kawawachikamach ont conjointement décidé de suspendre le transport de passagers vers leurs communautés pour contrer la propagation du virus.

Comme très peu de cas de COVID-19 sont présentement actifs dans la région, la circulation reprend par voie ferroviaire.

Mercredi, deux cas étaient considérés actifs sur la Côte-Nord.

La situation est cependant constamment réévaluée, indique la directrice générale de Transport ferroviaire Tshiuetin, Tanis Peterson.

La situation est stable sur la Côte-Nord et ça reste stable. Avec cette stabilité-là, on a décidé de rouvrir le service passager, pour le moment, précise Mme Peterson.

On a des rencontres deux fois par semaine avec des médecins, des infirmières et les communautés pour décider ce qu’on fait.

Tanis Peterson, directrice générale de Transport ferroviaire Tshiuetin

Cette situation pourrait changer rapidement selon le chef innu de Matimekush-Lac John Réal McKenzie.

On a ouvert pour permettre aux gens d’aller magasiner au plus sacrant au cas ou ça s’empirerait, pour permettre aux gens d’aller acheter de la bouffe, d'acheter des cadeaux. On se prépare au pire si jamais la Côte-Nord en venait à se confiner et à tout fermer, raconte le chef McKenzie.

Les Innus de Matimekush-Lac John et les Naskapis de Kawawachikamach avaient également fermé leur territoire lors de la première vague de COVID-19 pendant près de deux mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !