•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La minière Cameco annonce une perte de 61 millions $ au troisième trimestre

Des hommes entrent dans le tunnel d'une mine.

Cameco a rouvert sa mine de Cigar Lake en septembre après l'avoir fermée en raison des préoccupations liées à la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada

L'entreprise d'extraction Cameco, basée à Saskatoon, a annoncé mercredi une perte nette de 61 millions de dollars pour le troisième trimestre 2020. Malgré tout, l'entreprise reste optimiste quant à l’avenir, surtout avec la réouverture en septembre de la mine de Cigar Lake.

La société déclare que les pertes peuvent être partiellement attribuées à la fermeture de la mine de Cigar Lake, située dans le nord de la Saskatchewan, en réponse à la COVID-19 en mars.

Cameco précise que la mine a rouverte avec succès en septembre dernier et dans les délais qui avaient été prévus.

Comme prévu, nos résultats continuent d'être affectés par les décisions opérationnelles proactives prises en début d'année, souligne le président et directeur général de Cameco, Tim Gitzel, dans un communiqué de presse.

Nous pensons que les mesures que nous avons prises pour ralentir la propagation de la COVID-19 sont raisonnables et reflètent nos valeurs, en priorisant la santé et la sécurité de nos employés, de leurs familles et de leurs communautés.

La société a mentionné que Cigar Lake ne resterait ouverte que si elle pouvait le faire en toute sécurité à long terme. Cameco espère produire 5,3 millions de livres d'uranium grâce à la mine en 2020.

Cependant, l'entreprise d'extraction minière a souligné qu'une partie des pertes de ce trimestre pouvait également être attribuée aux variations normales des livraisons d'uranium. Cameco se dit toutefois optimiste quant à l'industrie de l'uranium.

Nous voyons la demande pour le nucléaire augmenter, avec une attention grandissante sur l'électrification et avec la reconnaissance pour y parvenir tout en respectant les objectifs sur la qualité de l’air et les changements climatiques. Le nucléaire est un de nos outils nécessaires, déclare M. Gitzel.

Au 30 septembre, l'entreprise disposait de 793 millions de dollars en liquidités et en investissements à court terme et d'un milliard de dollars de dettes à long terme.

La société a déclaré un dividende annuel de 0,08 $ par action ordinaire.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !