•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections présidentielles : pas de surprise pour les Américains de l’Alberta

Des drapeaux canadien et américain endommagés flottent à Morrisburg.

Contrairement à ce qu'affirme le président Trump, les États poursuivent toujours leur dépouillement les jours suivant le vote.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

La nuit dernière a tenu en haleine les Américains des deux côtés de la frontière entre le Canada et les États-Unis, mais les citoyens américains vivant en Alberta se disent peu surpris des résultats des élections.

Pour Carly Deibler, la nuit a été longue. Cette Américaine vivant à Calgary a suivi de près la soirée électorale dans son pays natal. Comme ses compatriotes, elle est allée se coucher sans connaître le nom du vainqueur.

Même si j’espérais un dénouement rapide, au fond, je me doutais que ce serait un processus qui serait long, confie-t-elle.

Heureusement, elle doit déménager aujourd'hui. Une distraction qui est plus que bienvenue dans ces circonstances, dit-elle.

Steven McGowen et sa fille de 10 ans, Marina, ont aussi veillé jusque tard dans la nuit pour suivre ces élections.

Nous sommes restés debout assez longtemps pour entendre Donald Trump tenter de déclarer sa victoire, explique-t-il.

Lui aussi n’est pas surpris de la tournure des évènements. Les sondeurs essayaient de vendre l'idée que Joe Biden allait l’emporter avec une victoire rapide, mais nous doutions de cette hypothèse, dit-il.

Il a profité de la soirée électorale pour expliquer le fonctionnement du collège électoral à sa fille. Elle recherchait avec impatience quels États allaient dans quelle direction, raconte-t-il.

Avec sa double citoyenneté, Marina sera également amenée à voter dans huit ans. Même si son père trouve la situation actuelle désolante, elle reste un excellent apprentissage, selon lui.

Les pro-Trump gardent confiance

Les pro-Trump, comme Alexander Marino, un avocat fiscaliste installé à Calgary depuis 2012, se montre très serein. Je me suis réveillé en pleine forme. Au vu des résultats, il me semble que Trump n’est pas si mal. Maintenant, c'est juste une question technique, confie-t-il.

Il faut que les Américains sentent que le processus électoral était légitime, selon lui. Peu importe qui gagne, nous sommes tous Américains, et la vie continue, dit-il.

Son de cloche légèrement différent du côté de Kimberly Johnson, la présidente de l’association Democrats Abroad Edmonton.

Il faudrait, selon elle, accepter les résultats pour faire baisser cette frustration ressentie par de nombreux Américains expatriés.

Plusieurs résultats sont encore attendus, notamment ceux d'États imprévisibles, avant que l'issue des élections ne soit confirmée.

Le décompte des bulletins de vote n'est pas terminé dans plusieurs États. Donald Trump a déjà revendiqué la victoire et menacé de faire appel à la Cour suprême. Bref, ça risque de durer, affirme-t-elle.

J'ai un peu honte, lâche finalement Steven McGowen, pensant à un appel possible à la Cour suprême. J’aurais aimé un meilleur exemple d'élections pour ma fille, des élections où tous les électeurs ont le droit d’être comptés sans que cela ne provoque un débat.

Avec les informations d’Andréane Williams

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !