•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

75 % des employés et des résidents du CHSLD de Cap-Saint-Ignace atteints de la COVID-19

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
03c884def39d4bc3bb882b1b8b35b184

CHSLD cap st Ignace

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Félix Morrissette-Beaulieu

Le CISSS de Chaudière-Appalaches dépêche des médecins et du personnel en renfort pour contrer l’éclosion de COVID-19 au CHSLD de Cap-Saint-Ignace, aux prises avec 32 résidents et 39 travailleurs infectés. Quatre personnes sont décédées du coronavirus depuis le début de l’éclosion, le 23 octobre.

75 % des résidents et des employés sont actuellement infectés, selon Patrick Simard, président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches. C’est pour nous une situation vraiment exceptionnelle.

On a une préparation qui est similaire de ce qu’on a fait ailleurs, mais contrairement aux autres situations où rapidement on a pu intervenir et résoudre les éclosions de façon relativement efficace, bien dans le cas de Cap-Saint-Ignace, ça a été fulgurant, ajoute le PDG adjoint

On cherche à comprendre ce qui s’est passé.

Patrick Simard, président-directeur général adjoint du CISSS de Chaudière-Appalaches

Un dépistage massif a été mené auprès des résidents et des membres du personnel. Résultat : le nombre de cas a plus que doublé depuis vendredi, où 18 des 43 résidents étaient infectés par la COVID-19, de même que 18 employés.

Évaluation en cours

Le PDG de l’établissement, Daniel Paré, a d’ailleurs demandé à ce qu’une évaluation soit faite pour expliquer la flambée des cas dans l’établissement.

Le CISSS confirme également l’envoi de deux gestionnaires.

Le 30 octobre, des membres du personnel ont lancé un cri du cœur après une flambée des cas au CHSLD de Cap-Saint-Ignace, qualifiant d’inhumaines les conditions des patients dans les premiers jours de l’éclosion.

Des employés ont également dénoncé le manque de matériel au plus fort de l'éclosion.

Depuis, le CISSS indique avoir mis en place des mesures pour contrer l’éclosion, dont l’augmentation de la fréquence de désinfection de toutes les surfaces, la présence des spécialistes en prévention et contrôle des infections et l’ajout d’équipements de protection individuelle, notamment.

Inquiétudes

Les inquiétudes sont toujours présentes chez les membres du personnel.

Employé comme infirmier auxiliaire au CHSLD de Cap-Saint-Ignace depuis 4 ans, Kevin Cloutier dénonce toujours un manque de ressources.

En fin de semaine, samedi, je suis rentré de jour. J’apprends sur place que je vais être tout seul [comme infirmier auxiliaire]. Je suis à ce moment-là avec une infirmière et une gestionnaire qui est infirmière, illustre-t-il.

Cinq autres préposés étaient en poste, selon lui. J’étais tout seul pour passer la médication à tous ces gens-là, matin et après-midi, dénonce l’infirmier auxiliaire.

Normalement, deux personnes font ce travail. On s’est ramassés à avoir de la misère à finir notre journée, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !