•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut plus de visites dans les centres de soins de longue durée, selon un rapport

La main d'une jeune personne sur la main d'une personne âgée appuyée sur une canne.

Selon l'étude, 70 % des résidents ne peuvent plus avoir de contact physique avec leurs proches.

Photo : Carmona Guerrero

La représentante des aînés de la Colombie-Britannique, Isobel MacKenzie, recommande que les résidents des centres de soins de longue durée et des maisons de retraite reçoivent plus de visites.

Dans un rapport publié mardi, la représentante des aînés présente les conclusions d'une enquête menée auprès de plus de 13 000 personnes entre le 26 août et le 30 septembre.

Selon les témoignages des résidents, de leur famille et de leurs amis proches, la distribution d'antipsychotiques, un puissant tranquillisant, a augmenté de 7 % tandis que l'usage d'antidépresseurs a augmenté de 3 % depuis le début de la pandémie.

Isobel MacKenzie constate aussi une tendance troublante à la perte de poids et à la dégradation de l'humeur de nombreux résidents.

Pour la représentante des aînés, c'est une conséquence de l'isolement dû aux restrictions imposées sur les visites pour empêcher une contagion à la COVID-19.

Actuellement, la Colombie-Britannique n'autorise qu'un visiteur par résident. Une autre personne peut entrer si elle fournit une aide essentielle à la santé mentale ou physique du résident.

Or, selon les personnes interrogées, la majorité des résidents reçoivent moins d'une visite par semaine et cette visite dure moins de 30 minutes.

Plus d'un visiteur

Isobel MacKenzie demande d'abord une plus grande flexibilité dans le déroulement des visites.

Elle recommande que chaque résident et sa famille désignent un proche aidant qui puisse venir plus souvent et plus longtemps.

En plus de ce proche aidant, chaque résident devrait pouvoir accueillir plus d'un visiteur, par exemple quand il a plusieurs enfants, selon elle.

Les résidents nous disent qu'ils sont plus préoccupés par la séparation d'avec leur famille que par la COVID-19.

Une citation de :Isobel MacKenzie, représentante des aînés de la Colombie-Britannique

Brenda Brophy, une des organisatrices de la manifestation du 29 septembre pour obtenir plus de visites dans les centres de soins de longue durée, se sent enfin soutenue.

Les résidents ont le droit d'avoir un plan de soins qui leur soit propre et cela comprend la famille proche, dit-elle.

Une manifestante tient une pancarte lors d'une manifestation.

«Sauvés de la COVID, ils meurent d'isolement», proclame la pancarte tenue par cette manifestante devant l'Assemblée législative à Victoria, le 29 septembre.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

On ne peut pas avoir une bonne qualité de vie avec 30 minutes de visite derrière un panneau de plexiglas.

Une citation de :Brenda Brophy, fille d'une ex-résidente

Brenda Brophy croit que les familles sauront faire attention à ne pas apporter le coronavirus dans les centres de soins de longue durée et les maisons de retraite.

La représentante des aînés note d'ailleurs dans son rapport que près des deux tiers des éclosions de COVID-19 dans des centres de soins de longue durée ne concernent qu'une personne, qui est dans la majorité des cas un employé de l'établissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !