•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une IA détecterait la toux de personnes asymptomatiques atteintes de COVID-19

Un homme qui tousse et projette des gouttelettes de salive.

Une toux enregistrée par téléphone intelligent permettrait de détecter une infection au SRAS-CoV-2 chez des personnes asymptomatiques.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont créé une intelligence artificielle (IA) qui serait capable de détecter de subtiles différences dans le son de la toux des personnes atteintes de COVID-19, mais qui n’en ressentent pas de symptômes.

Cette découverte a fait l’objet d’un article publié récemment dans un journal scientifique. Elle pourrait mener à la création d’une application qui servirait au dépistage de la manifestation asymptomatique du virus.

Pour en arriver à ces résultats, l’équipe de recherche a constitué une base de données d’enregistrements de sons de toux fournis volontairement par des personnes infectées ou non, symptomatiques ou pas.

Les scientifiques ont ensuite entraîné leur programme d’intelligence artificielle sur des dizaines de milliers d’enregistrements. L’IA est parvenue à identifier tous les sons de toux provenant de personnes atteintes de COVID-19 dans sa forme asymptomatique.

Ces différences sont difficiles à déceler pour l’oreille humaine, mais l’algorithme du MIT y parviendrait en ciblant des paramètres précis, dont la puissance de la respiration et celle des cordes vocales.

Nous croyons que cela montre que la façon dont vous produisez des sons change quand vous avez la COVID-19, même si vous êtes asymptomatique.

Brian Subirana, coauteur de l’étude

Un outil de prévention

L’intérêt de cette découverte n’est pas tant de permettre le dépistage de la COVID-19 pour des personnes symptomatiques que de différencier une toux normale d’une toux provenant d’une personne asymptomatique.

Établir rapidement la suspicion d’une infection asymptomatique pourrait devenir un outil clinique majeur pour limiter la propagation d’une épidémie. Une personne qui se verrait avertie qu’elle est potentiellement infectée, et donc contagieuse, pourrait aussi décider d’éviter d’entrer en contact avec d’autres.

Une application basée sur ce modèle pourrait être utile pour dépister la COVID-19 à l’entrée des écoles ou des milieux de travail, par exemple.

Les pandémies pourraient devenir chose du passé si des techniques de dépistage préventives sont toujours appliquées et constamment améliorées , avancent les scientifiques auteurs de l’étude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !