•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Attaque terroriste » au cœur de Vienne

Des membres des forces de l'ordre montent la garde devant l'opéra.

La fusillade a éclaté près de l'opéra de Vienne dans le centre de la capitale.

Photo : Getty Images / Michael Gruber

Radio-Canada

Une opération policière est toujours en cours dans la capitale autrichienne, théâtre d'une attaque qui a été menée par plusieurs assaillants et qui a fait plusieurs victimes.

Le ministre autrichien de l'Intérieur a déclaré cette nuit que plusieurs personnes ont été tuées lors d'une attaque dans le centre de Vienne, sans cependant fournir de chiffres.

Karl Nehammer a de plus indiqué lors d'une conférence de presse qu'au moins l'un des auteurs de la fusillade multiple était toujours en fuite et lourdement armé. Il a ajouté qu'il ne serait pas obligatoire pour les enfants de se rendre à l'école mardi.

À ses côtés, le directeur général de la Sécurité publique, Franz Ruf, a annoncé un renforcement des contrôles aux frontières et la mise en place de barrages dans la ville.

On sait toutefois que les forces de l'ordre ont abattu un des assaillants, une information confirmée par la police locale. Un passant a également été tué pendant la fusillade. Une centaine de coups de feu ont été tirés.

Des voitures de police bloquent des rues.

Les policiers sont intervenus près du square Schwedenplatz à Vienne.

Photo : Reuters / LEONHARD FOEGER

Le maire de Vienne, Michael Ludwig, a dit à l'antenne d'ORF TV qu'un deuxième civil était décédé suite à l'attaque. Une femme a succombé à ses blessures, portant ainsi le total provisoire à trois morts. M. Ludwig avait auparavant fait part de l'hospitalisation de 15 personnes, dont 7 se trouvent dans un état grave.

La fusillade a éclaté peu après 20 h (heure locale) au cœur de Vienne, près d'une synagogue et de l'opéra, selon le ministère de l’Intérieur, qui parle d'une attaque terroriste perpétrée par plusieurs individus.

Une attaque « répugnante »

En soirée, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a d'ailleurs dénoncé sur Twitter une répugnante attaque terroriste. Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens, a-t-il écrit, disant ses pensées pour les victimes, les blessés et leurs proches.

Le chancelier a mentionné que les suspects étaient très bien équipés, avec des armes automatiques et qu'ils s'étaient préparés de manière professionnelle.

Sebastian Kurz a annoncé que l'armée allait protéger des sites de la capitale autrichienne afin que la police puisse se focaliser sur les opérations antiterroristes.

Sebastian Kurz parle debout dans un micro.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz

Photo : Getty Images / HANS PUNZ

Cette attaque s'est produite à six endroits de la capitale selon le service de police de la municipalité, dont le square Schwedenplatz, situé près de la synagogue.

On ignore l'identité des assaillants et leur motif pour le moment. Les attaques n'ont pas été revendiquées, quelques jours après des attentats survenus en France.

Cette tragédie survient pendant la dernière soirée où les Viennois peuvent sortir librement, car un couvre-feu sera en vigueur dès mardi.

Un témoin raconte ce qu’il a vu : Quand nous avons entendu des tirs, nous avons regardé par la fenêtre et vu les hommes armés faire feu en direction des clients de différents bars et pubs, a déclaré à la radio londonienne LBC le rabbin Schlomo Hofmeister, indiquant qu'il résidait dans le complexe abritant la synagogue.

Oskar Deutsch, chef de la communauté juive d'Autriche, a déclaré ignorer si la synagogue de Vienne avait été la cible d'une attaque, ajoutant que le lieu de culte et les bureaux attenants étaient fermés au moment de la fusillade.

Les spectateurs qui étaient à l'Opéra ont quitté sous escorte la représentation, la dernière avant le confinement. Les clients des restaurants et bars du quartier se trouvaient toujours confinés à l'intérieur en milieu de nuit.

Les autorités appellent les habitants à rester chez eux et à ne pas publier de vidéos ou de photos en lien avec ces événements.

Les services de transport public n'effectuent plus d'arrêts dans le centre de la ville.

Des policiers armés se tiennent debout dans la rue.

Les policiers bloquent l'accès au square Schwedenplatz à Vienne.

Photo : Reuters / LISI NIESNER

La police tchèque a indiqué avoir lancé des contrôles à la frontière avec l'Autriche après l'attaque de Vienne.

La police mène des contrôles des véhicules et des passagers aux postes-frontière avec l'Autriche, une mesure préventive à la suite de l'attaque terroriste à Vienne, a dit la police tchèque sur Twitter.

Le premier ministre tchèque Andrej Babis a exprimé sur Twitter sa solidarité avec les Autrichiens. Je suis horrifié par l'attaque de Vienne et je veux exprimer ma solidarité à tout le peuple autrichien et à mon ami Sebastian Kurz, a-t-il déclaré.

Réactions politiques

L'Union européenne condamne l'horrible attaque survenue à Vienne, a écrit dans un tweet le président du Conseil européen Charles Michel, évoquant un acte lâche.

L'Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines. Mes pensées vont aux victimes et aux habitants de Vienne après l'horrible attaque de ce soir. Nous sommes aux côtés de l'Autriche, ajoute le responsable qui représente les 27 pays membres de l'UE.

Partout sur notre continent, nous sommes unis contre la violence et la haine, a pour sa part tweeté le président du Parlement européen, l'Italien David Sassoli.

Des policiers autrichiens procèdent au contrôle d'un automobiliste au centre de Vienne.

Des policiers autrichiens procèdent au contrôle d'un automobiliste au centre de Vienne, théâtre d'une attaque perpétrée par plusieurs assaillants.

Photo : Getty Images / GEORG HOCHMUTH

Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien, a commenté le président Emmanuel Macron après l'annonce des fusillades.

Nous, Français, partageons le choc et la peine du peuple autrichien [...]. Après la France, c'est un pays ami qui est attaqué. C'est notre Europe. Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien, a tweeté le chef de l'État en français puis en allemand.

De son côté, le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré : Nous ne devons pas céder à la haine qui cherche à diviser nos sociétés.

Même si l'ampleur des actes terroristes n'est pas encore déterminée, nos pensées sont avec les blessés et les victimes en ces heures difficiles, a twitté le ministère allemand, évoquant des nouvelles épouvantables et bouleversantes en provenance de Vienne.

Autres cas

Cette nouvelle attaque, dans une ville où la criminalité est habituellement très faible, intervient dans un climat très tendu en Europe.

Ces dernières années, l'Autriche a été épargnée par des attentats de grande ampleur comme ceux qu'ont pu connaître la France, l'Allemagne ou le Royaume-Uni.

En août dernier, les autorités autrichiennes ont arrêté un réfugié syrien de 31 ans soupçonné d'avoir préparé une attaque contre le chef de la communauté juive de Graz, la deuxième ville du pays.

En 1985, un Palestinien avait attaqué l'aéroport de Vienne à l'aide de grenades et de fusils d'assaut, tuant trois personnes.

En 1981, deux personnes avaient été tuées et 18 autres blessées lors d'une attaque perpétrée par deux Palestiniens devant la même synagogue.

Avec les informations de Jérôme Ségal

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !