•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serge Joncour remporte le prix Femina 2020

Un homme avec une chemise bleue et des lunettes sur la tête.

Serge Joncour

Photo : Agence France-Presse / Joël Saget

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

On apprenait la semaine dernière que la remise du prix Goncourt allait être reportée, par solidarité avec les librairies françaises, forcées de fermer boutique en raison de la pandémie de COVID-19. L’organisation qui remet les prix littéraires français Femina a toutefois maintenu l’attribution de ses récompenses, la devançant même d’une journée.

L’auteur Serge Joncour remporte pour sa part le prix Femina 2020 pour Nature humaine, paru aux éditions Flammarion, un grand roman rural qui se déroule lors de la tempête de 1999, lui [donnant] un petit air de fin du monde parfaitement adapté à notre époque, indique L’Obs. Le récit suit les pensées d’Alexandre, à travers desquelles l’auteur s’interroge sur les rapports de notre société à la nature.

Le prix Femina étranger a été décerné à l’écrivaine britannique Deborah Levy pour le diptyque Ce que je ne veux pas savoir et Le coût de la vie (éditions du Sous-Sol, traduit de l’anglais par Céline Leroy).

Christophe Granger remporte le prix de l’essai pour Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (Anamosa), qui raconte l’étonnante histoire d’un homme né vers 1780 à Bordeaux, qui s’est engagé sur un baleinier à 15 ans, puis s’est installé sur une des îles Marquises, dans le Pacifique.

Le Libanais Charif Majdalani a reçu un prix spécial, attribué pour son ouvrage Beyrouth 2020, journal d’un effondrement (Actes Sud). Il s’agit d’un journal de bord d’un pays en déroute, peut-on lire dans L’Obs

L’essai Les villes de papier de la Québécoise Dominique Fortier faisait partie de la deuxième sélection du Femina, qui comportait les titres de 12 finalistes.

L’autrice est toujours en lice dans la deuxième sélection du prix Renaudot, normalement remis le même jour que le prix Goncourt. Les organisations des deux récompenses ont pour l’instant reporté leur remise à une date indéterminée.

Avec les informations de L'OBS

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !