•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des maisons vendues avant même d’être visitées en Minganie

La municipalité de Rivière-au-Tonnerre. Une grande église et des bâtiments.

Plusieurs transaction immobilières ont eu lieu dans la municipalité de Rivière-au-Tonnerre cette année.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Radio-Canada

L’engouement immobilier observé cet été se maintient dans l’ensemble de la Côte-Nord. Si le marché des villes de la région est marqué par le retour de professionnels originaire de la Côte-Nord, en Minganie ce sont principalement de nouveaux venus qui jettent leur dévolu sur les maisons de bord de mer.

Les acheteurs de maison sont au rendez-vous sur la Côte-Nord.

Après un marasme marqué du marché immobilier au printemps dernier, celui-ci a connu un grand regain cet été.

Sur le territoire de Sept-Îles, 205 maisons sont présentement en vente entre Gallix et Moisie, selon Alain Chevarie, courtier immobilier agréé chez Via Capitale, à Sept-Îles. Ce nombre s'élevait à 275 l’année dernière.

Ça a baissé beaucoup et on en a vendu quand même 144 dans la dernière année, et il y en a 188 qui se sont ajoutées. Disons que le marché est très, très, très bon, juge l’agent d’immeuble.

Traverser la pandémie sur la côte

En Minganie, l'agent remarque que ce sont en grande partie des personnes de l’extérieur, sans lien avec la région, qui se portent acquéreurs des maisons en vente.

Un coucher de soleil en Minganie.

En temps de pandémie, la Minganie séduit par ses grands espaces (archives).

Photo : Radio-Canada / Ann-Édith Daoust

Tout ce qui s’est vendu à Rivière-au-Tonnerre, Havre-Saint-Pierre en descendant, sur le bord de l’eau, c’est pratiquement tous des gens de l’extérieur, observe M. Chevarie, en entrevue à l’émission Bonjour la Côte.

Selon lui, environ le quart de ces acheteurs n’ont même pas visité la maison avant de conclure l’offre d’achat.

Je vous dirais peut-être que 25 % d’entre eux n’ont même pas visité la maison.

Alain Chevarie, courtier immobilier agréé chez Via Capitale

Il ajoute que, pour plusieurs acheteurs, une simple visite par vidéo et un rapport d’inspecteur ont suffi.

Selon M. Chevarie, ces acheteurs sont principalement à la recherche d’un pied à terre au cas où la pandémie s'éternisait, ou empirait dans leur région de résidence actuelle.

Retour de jeunes professionnels

Dans les régions plus urbaines comme Sept-Îles, M. Chevarie constate plutôt le retour de professionnels originaires de la région qui vivaient plus près des grands centres avant la pandémie.

Alain Chevarie devant une affiche de maison vendue.

Alain Chevarie remarque une forte effervescence du marché immobilier sur la Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Même son de cloche du côté de Baie-Comeau, où le courtier immobilier agréé pour Remax Distinction, James Fong, observe principalement de jeunes professionnels originaires de la Côte-Nord faire leur retour, emmenant souvent avec eux leur partenaire.

Je n’ai pas vu beaucoup de gens de l’extérieur, à part quelques chalets, témoigne-t-il.

Le volume des ventes a augmenté de 6 % dans les 12 derniers mois selon M. Fong.

On est passé d’un marché d’acheteurs, où la moyenne pour vendre une propriété c’était 12 mois, à neuf mois maintenant, ce qui veut dire que pour notre secteur, on est dans un marché équilibré, explique le courtier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !