•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quelques semaines de l’hiver, les hôpitaux de l'Ontario sont pleins à craquer

Entrée d'un bâtiment vu en contre plongée. On peut lire sur l'écriteau : EMERGENCY et URGENCE.

À Hamilton, l'Hôpital Saint-Joseph était à 101 % de sa capacité d'occupation le 30 septembre.

Photo : Radio-Canada / Bobby Hristova/CBC News

Radio-Canada

Certains des plus grands hôpitaux de l'Ontario frôlent ou dépassent leur capacité, alors qu’une augmentation du nombre de nouveaux patients est attendue en raison de la grippe saisonnière et de la deuxième vague de COVID-19.

Des données obtenues par CBC News montrent que les unités de soins actifs d'une douzaine de grands hôpitaux étaient à plus de 95 % de leur occupation maximale pendant plus de la moitié du mois de septembre et au début d'octobre.

Ces taux dépassent la cible d'occupation hospitalière maximale de la province de 85 %, un taux fixé plus tôt cette année qui permet aux hôpitaux de reprendre les opérations telles que les transplantations d'organes, les chirurgies cardiaques et les chirurgies contre le cancer, essentiellement interrompues pendant la première vague de la pandémie.

Une pancarte indiquant les urgences de l'Hôpital d'Ottawa.

L'Hôpital d'Ottawa était un des établissements les plus surpeuplés en Ontario en septembre et octobre. Son taux d'occupation quotidien a souvent été au-dessus de 100 %. Le 22 septembre, l'Hôpital d'Ottawa était à 108 % de sa capacité.

Photo : Radio-Canada / Danny Globerman/CBC

Bon nombre des hôpitaux qui ont approché ou dépassé leur capacité se trouvent à Ottawa et dans la région du Grand Toronto, les régions les plus durement touchées par la COVID-19 cet automne. Cependant, certains hôpitaux à l'extérieur de ces régions sont également pleins à craquer, notamment à Sudbury, à Hamilton, dans la région du Niagara et à Peterborough.

Les données obtenues par CBC suggèrent que de nombreux hôpitaux sont revenus au niveau de surpeuplement observé avant la pandémie. En janvier, CBC News révélait que les hôpitaux étaient remplis au-delà de leur capacité presque tous les jours, avec des patients placés dans des couloirs, des salles de conférence et des cafétérias.

Les problèmes d’avant la pandémie réapparaissent

Des patients sur des lits d'hôpitaux dans un couloir.

L'hiver dernier, les taux d'occupation des soins de courte durée ont atteint des niveaux sans précédent. De nombreux hôpitaux étant remplis au-delà de leur capacité pendant des semaines.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le PDG de l’Association des hôpitaux de l’Ontario, Anthony Dale, affirme que la plupart des grands hôpitaux communautaires de l'Ontario sont pleins.

Les hôpitaux marchent sur une corde raide en ce moment.

Une citation de :Anthony Dale, président et PDG, Association des hôpitaux de l'Ontario

Nous sommes revenus là où nous étions avant la COVID, à offrir des soins de santé dans les couloirs. Mais là, il ne sera pas possible de donner des soins de santé dans les couloirs en raison de la pandémie, parce qu’il faut prévenir et contrôler les infections, explique M. Dale.

Anthony Dale dans son bureau.

Le PDG de l'Association des hôpitaux de l'Ontario, Anthony Dale

Photo : Association des hôpitaux de l'Ontario / Ontario Hospital Association

Les taux d'occupation des hôpitaux atteignent généralement leur sommet en hiver, ce qui explique en grande partie les efforts récemment déployés par la province pour réduire le nombre de cas de COVID-19.

La vraie peur ici est que nous voyons ces chiffres vraiment monter en flèche et commencer à submerger les hôpitaux à l'automne et en hiver, dit Anthony Dale.

En janvier et en février, les hôpitaux sont normalement complètement remplis de patients à cause de la grippe saisonnière, ajoute-t-il.

La province débloque plus de 350 millions pour les hôpitaux

Selon la ministre de la Santé, Christine Elliott, le gouvernement ontarien octroie suffisamment de fonds pour permettre aux hôpitaux de faire face à la croissance attendue du nombre de patients.

Cette croissance serait due aux effets combinés de la grippe saisonnière, de la COVID-19, et du plan établi par la province pour éliminer l'arriéré chirurgical du printemps.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, s'adresse aux médias.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, assure travailler tous les jours pour désengorger les hôpitaux de la province.

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

Nous sommes toujours préoccupés lorsque les hôpitaux atteignent plus de 100 % [d'occupation], en particulier maintenant avec la deuxième vague de COVID et à l'approche de la saison de la grippe, a déclaré la ministre Elliott lors d’un point de presse à Queen's Park.

Nous savons que nous devons créer plus de capacité et nous le faisons maintenant.

Une citation de :Christine Elliott, ministre ontarienne de la Santé

Christine Elliott a évoqué les annonces récentes du gouvernement, qui promettent un total de 351 millions de dollars pour 2250 nouveaux lits dans 57 établissements hospitaliers de la province.

CBC News a demandé d'obtenir la liste des hôpitaux qui reçoivent un financement supplémentaire et le nombre de lits pour chacun, mais un porte-parole de la ministre Elliott a refusé, précisant que plus de détails seraient communiqués à ce sujet dans les jours et semaines à venir.

Avec les informations de Mike Crawley de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !