•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lance quatre projets pilotes pour la consigne de bouteilles de vin

Des bouteilles vides prêtes à être recyclées.

Des projets pilotes verront le jour à Bromont, à Saint-Hyacinthe ainsi qu'à Montréal.

Photo : iStock

Le gouvernement du Québec va lancer quatre projets pilotes à compter de cet automne dans le but de tester le type de système de récupération qui sera implanté pour recueillir les bouteilles de la SAQ.

Dans deux ans, un nouveau système de consigne élargi, qui comprendra notamment les bouteilles de vin et de spiritueux, verra le jour au Québec.

D'ici la fin du mois de décembre, le ministère de l'Environnement, en partenariat avec la SAQ et Recyc-Québec, mettra en place ces projets pilotes dans quatre villes situées en milieu urbain et en milieu rural. Ils prendront des formes différentes afin d'évaluer le type de système le plus performant pour récupérer les bouteilles de la SAQ et les bouteilles de plastique qui seront consignées dans deux ans.

[Ces projets] devraient commencer cet automne et certains pourraient être mis en oeuvre très prochainement.

Une citation de :Karel Ménard, Front québécois pour une gestion écologique des déchets

Des projets pilotes verront ainsi le jour à Bromont, à Saint-Hyacinthe ainsi qu'à Montréal. Des kiosques extérieurs de la dimension d'un conteneur seront implantés sur des terrains de stationnement, près de succursales de la SAQ et de détaillants alimentaires.

Selon une source proche du dossier désirant rester anonyme, des machines automatiques et des gobeuses permettront aux usagers d'y déposer leurs bouteilles dans chacun de ces kiosques. Ce sont des kiosques de récupération multimatières, indique cette source. Les gens vont rentrer dans le kiosque et il y aura une interface avec des équipements où ils vont mettre leurs contenants et récupérer les montants de la consigne.

Ces équipements seront également en mesure d'écraser les bouteilles de verre et de plastique, toujours selon cette source.

Les deux autres projets pilotes seront implantés à Mont-Laurier et à Granby. Dans ces villes, il s'agirait de centres de dépôt, toujours avec des récupérateurs automatiques, mais cette fois installés dans un organisme sans but lucratif et chez un détaillant d'alimentation.

Tester avant d'implanter à long terme

Selon le directeur général du Front québécois pour une gestion écologique des déchets, ces quatre projets pilotes sont essentiels pour que tout fonctionne rondement avec la nouvelle consigne élargie.

C'est fondamental, si on veut savoir exactement ce qui peut marcher au Québec pour récupérer les contenants consignés, mais aussi savoir s'il y a un engouement de la population et quelle technologie serait la plus appropriée.

Une citation de :Karel Ménard, Front québécois pour une gestion écologique des déchets

Pour ce faire, différents types de collectes, tant en milieu urbain qu'en région rurale, seront expérimentés. Il s'agit avant tout de minimiser le nombre d'arrêts que les consommateurs vont avoir à faire, mais aussi le nombre d'endroits où ils vont devoir se rendre pour rapporter toutes les matières, selon la source anonyme.

Cette même source affirme que c’est important de tester ça pendant l’hiver parce qu'évidemment, on a des conditions climatiques particulières au Québec. Il faut que cet équipement-là puisse fonctionner, peu importe la température à l'extérieur.

Les projets pilotes seront implantés jusqu'à l'été prochain. Pendant cette période, le montant de la future consigne ne sera pas remboursé aux citoyens.

Des initiatives citoyennes

D'ici à ce que la consigne élargie voie le jour, des initiatives citoyennes de récupération des bouteilles de vin et des contenants de verre se multiplient partout au Québec.

Jusqu'à présent, 133 municipalités ou cantons ont mis en place des dépôts volontaires de verre.

Jean-Claude Thibeault, de l'organisme Opération Verre-vert, craint d'ailleurs que cette nouvelle consigne élargie ne mette fin aux initiatives citoyennes.

Je vous avoue qu'on est très inquiet, explique-t-il. Il y a un article dans le projet de loi qui empêche tout autre système que le système de consigne.

La consigne n'est faite que pour ramasser le verre consigné, on va perdre tous les contenants de verre alimentaire [...] Ça pourrait avoir un effet démobilisateur majeur pour les citoyens et pour les élus les plus engagés.

Une citation de :Jean-Claude Thibeault, Opération Verre-vert

Un nouveau dépôt volontaire a aussi été mis en place dans le quartier Ahuntsic, à Montréal.

D'ici à ce que la consigne soit mise en place, le plus grand défi du gouvernement du Québec sera de développer une industrie de recyclage du verre afin qu'il y ait une véritable économie circulaire. En effet, peu d'entreprises recyclent les contenants de verre au Québec.

Avec la collaboration de Daniel Boily

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !