•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse importante du nombre d'élèves francophones à l'Île-du-Prince-Édouard

Un autobus scolaire s'immobilise sur une route rurale et un écolier marche sur un chemin de terre avec un sac à dos.

Il y a 35 % plus d'élèves qu'il y a six ans dans les écoles de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Getty Images / Fertnig

Radio-Canada

Les écoles francophones ont la cote à l’Île-du-Prince-Édouard. La province compte 1101 élèves qui étudient en français, un taux d’augmentation de 35 % en six ans. Cette belle surprise met aujourd’hui en lumière des défis pour les prochaines années afin de maintenir l’embellie.

L’École Pierre-Chiasson, à Deblois, est une des écoles francophones de la province qui a vu son nombre d’inscriptions monter en flèche à l’automne.

2005 jusqu’à 2015, on était entre 50 et 60 [élèves], mais là, les derniers cinq ans, ça a été 65, 70, 75. Et là, cette année, on est rendu à 89, dit Ghislain Bernard, directeur de cette école.

Cet établissement francophone est situé dans Prince-Ouest; une région majoritairement anglophone.

Nos élèves ne sont pas des enfants qui sont français de langue première, mais la majorité sont des ayants droit à travers la clause grands-parents, explique Ghislain Bernard.

Une réalité commune à d’autres établissements scolaires, comme ceux de Rustico ou de Souris. Malgré tout, cela n’a pas freiné la marche en avant des six établissements scolaires dans la province.

La façade d'une école.

L'école François-Buote de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard (archives)

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Cette hausse de 35 % depuis 2014 s’explique par l’attrait du système francophone auprès des ayants droit, mais aussi des non-ayants droit.

Les parents sont de plus en plus conscients que l’éducation en français langue seconde, c’est un avantage, affirme Gilles Benoît, président de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.

L'objectif : encore plus d'élèves

La Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard ne souhaite pas s’arrêter à ce chiffre de 1101, et cible un objectif de 1500 étudiants dans les cinq prochaines années.

Les défis s’annoncent toutefois nombreux afin d’y arriver.

La francisation, l’agrandissement et la modernisation des établissements scolaires, ainsi que la réduction de la longueur de trajets en autobus sont des priorités.

« Faire comprendre au ministère de l’Éducation qu'on a besoin de plus de ressources pour la francisation, je dois dire qu'on a eu du succès, mais on n’est pas encore où on devrait être. »

— Une citation de  Gilles Benoît, président de la Commission scolaire de langue française de l’Î.-P.-É.

Gilles Benoît qualifie aussi d’inacceptable le fait que certains étudiants demeurant à plus de 90 minutes de distance des écoles doivent faire des aller-retour considérables pour se rendre aux bancs de classe en français.

Avoir un accès à une école de langue française, le transport ne devrait pas causer une barrière, affirme Ghislain Bernard, directeur de l’École Pierre-Chiasson.

La commission scolaire a d’ailleurs demandé du financement pour cinq nouveaux autobus et chauffeurs, et s’attend à une réponse positive de la province dans les prochaines semaines.

D’après le reportage de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !