•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaques du Vieux-Québec : Carl Girouard accusé de deux meurtres

Le suspect avait déjà parlé de commettre des gestes violents, selon la police de Québec.

Le véhicule du suspect a été retrouvé face au Château Frontenac, sur la rue Saint-Louis.

Les explications de Marie-Pier Bouchard.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Carl Girouard est accusé de deux meurtres au premier degré et de cinq tentatives de meurtre à la suite de l'attaque au sabre japonais dans le Vieux-Québec. L'homme de Sainte-Thérèse, au nord de Montréal, avait déjà partagé son intention de commettre des gestes violents, selon la police.

L'accusé de 24 ans a comparu par visioconférence dimanche après-midi. Le jeune homme à l'apparence frêle et aux cheveux foncés est défendu par l'avocat Benoît Labrecque.

Carl Girouard fait donc face à un total de sept chefs d'accusation : deux pour la mort de Suzanne Clermont et de François Duchesne, puis cinq pour les victimes ayant subi des blessures, mais dont la vie est hors de danger.

Québec sous le choc

L'homme sera de retour en cour le 5 novembre. Rappelons qu'il a été arrêté vers 1 h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, à la suite d'une chasse à l'homme dans le Vieux-Québec.

Selon nos informations, une perquisition a eu lieu dimanche matin à son domicile de Sainte-Thérèse, dans les Basses-Laurentides. Un important déploiement policier a été vu près d'un immeuble à logements.

Deux policiers tiennent Carl Girouard par les mains, lors de son arrestation. Le suspect a les cheveux bruns foncés et est vêtu de noir.

Les policiers de la Ville de Québec ont procédé à l'arrestation de Carl Girouard dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, tout prêt de l'Espace 400e.

Photo : Reuters / Steve Jolicoeur

Confidences passées

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a déjà confirmé dimanche matin que l'attaque au sabre japonais dans les rues de la Vieille-Capitale serait préméditée. L'homme aurait agi seul et ne serait affilié à aucun groupe radicalisé.

Il y a plus de cinq ans, il aurait formulé l'intention de perpétrer de tels gestes, a aussi dévoilé le chef de police Robert Pigeon. Cette révélation aurait été faite dans un contexte médical, a précisé le SPVQ, qui travaillait toujours à obtenir plus de détails sur ces révélations.

Malgré ces renseignements, la police de Québec n'avait aucune indication récente que l'homme pouvait présenter un risque pour la ville de Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.